Accueil > Khasukuda, terres de nuit

Critiques / Festival

Khasukuda, terres de nuit

par Marie-Laure Atinault

Festival Off Avignon jusqu’au 2 août

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Parlez-vous l’arawak ? Non.
Ecoutez la première leçon : Kha-su-ku-da.
Répétez. Bien. Voilà, vous parlez l’arawak et vous avez dit : terres de nuit. Ce spectacle de Guyane est un vrai trésor, un enchantement. Katsukuda nous entraine dans la forêt amazonienne. Parfois la lumière ne pénètre pas la touffeur des frondaisons. C’est la nuit, le royaume du jaguar. Un peu plus loin le fleuve, encore plus loin le pays des tortues luth, un monde où l’homme n’a pas encore tout saccagé, et plus loin encore la mer.
Ce spectacle de marionnettes lève un voile sur des histoires amérindiennes que nous ne connaissons pas, ou si peu. Il ne s’agit pas d’un spectacle folklorique mais d’un merveilleux voyage aux confins du monde, dans une province française d’outre mer.

Le spectacle est un mélange de tradition Amérindienne

Jean-Marie Hervé, marionnettiste et manipulateur, a adapté des contes qui viennent de la nuit des veillées. Sur scène, une construction en bois, un carbet. Le carbet est une maison en bois que les amérindiens construisent dans la forêt. Pas de ciment, pas de pierre, que du bois et des lianes. Le carbet devient le castelet de notre voyage. Chaque parcelle du carbet devient décor ou accessoire. Le sol est recouvert d’un beau sable fin. Attention, ne marchez pas dessus vous pourriez écraser une tortue. Prenez garde car la tortue, qui peut devenir centenaire, à bonne mémoire et peut être rancunière.

Jean-Marie Hervé et Rubens Makosi (Arawak du Surinam) ont utilisé les matériaux que la forêt leur offrait, aidés par la population qui, enthousiasmée par leur projet, leur apporta son expérience. Dans Khasukuda, la vie quotidienne amérindienne est déclinée par les calebasses qui servent de récipients usuels et par les fruits et légumes qui sont décrits dans les contes. Rubens Makosi assure la partie musicale. Il joue, à côté du carbet, des instruments traditionnels. Jean-Marie Hervé alterne entre la manipulation et l’interprétation jouant tous les rôles. Il change de voix selon son rôle de narrateur ou d’acteur pour conter des histoires extraordinaires qui prennent vie sous nos yeux émerveillés. Ce démiurge débonnaire nous épate par sa simplicité et sa maestria. Rubens Makosi et Jean-Marie Hervé sont les initiateurs inspirés d’un pan de notre monde, la Guyane que nous ne connaissons pas. D’ailleurs, la Guyane se trouve-t-elle à l’ouest ou à l’est d’Avignon ?

Khasukuda, terres de nuit,
Théâtre de marionnettes de Guyane, de Rubens Makosi, mise en scène Georges Perla, création, conception et jeu Jean-Marc Hervé
Festival Off Avignon Chapelle du Verbe Incarné à 14H05
TEL : O4 90 14 07 49

Crédit photo : Regis Durand de Girard

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.