Accueil > Bio mais pas dégradées de Christian Dob

Critiques / Comédie & Humour

Bio mais pas dégradées de Christian Dob

par Karim Haouadeg

Deux femmes en vert (et contre tout)

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Comme elles nous semblent loin les églogues de Virgile, comme elles nous semblent vaines les supplications de Ronsard aux bûcherons de la forêt de Gastine, comme elles nous semblent absurdes les rêveries de Rousseau après avoir vu ce spectacle. Il vous prend des envies soudaines de raser tout ce qui contient un tant soit peu de chlorophylle, de faire bétonner la Sologne et de transformer le Larzac en un gigantesque parking. Ah ! la ville et sa bonne odeur de pots d’échappement un jour de pic de pollution.

La vie à la campagne, c’est l’enfer. Demandez plutôt à Josy et Mimi, qui se sont retirées à la campagne depuis des années. Ces deux citadines recyclées en paysannes de choc sont en proie au doute. Il faut dire que sur le plan affectif, la solitude commence à leur peser. Elles espèrent que George Clooney viendra un jour s’installer avec elles dans leur ferme. Perspective alléchante, mais à laquelle elles ont tout de même du mal à croire, il faut bien le dire. Ceci ne serait rien si le père Dumourron n’avait décidé de porter à la somme exorbitante de 100 € par trimestre la location de leur ferme et des 80 hectares qui l’entourent. Comment faire pour le payer ? Josy (Muriel Lemaire) s’est mise à l’artisanat et travaille le bois, sans véritables dispositions et avec des résultats qui laissent perplexes. Quant à Mimi (Patricia Levrey), après des essais dans l’agriculture, qui ont révélé qu’elle n’avait pas franchement la main verte, elle fait aujourd’hui de l’élevage. Et ce n’est pas une réussite non plus. Ses canards, dont les plus gros pèsent tout de même 500 grammes, se noient, quand ils ne meurent pas après avoir bu l’essence du solex. Ajoutez à cela que l’éolienne tourne à l’envers, qu’il n’y a plus de riz complet (leur aliment de base) et que le café contient peut-être des champignons hallucinogènes. Elles auront vraiment du mérite, ces deux-là, si elles conservent leurs convictions écologistes jusqu’à la fin du spectacle.

Quant au spectateur, sa religion est vite faite. Au bout de cinq minutes, il est conquis par cette pièce drôle et intelligente, insolente et jamais vulgaire, politiquement non-correcte et ne se prenant pas au sérieux. Conquis aussi par la mise en scène remarquablement efficace de Xavier Letourneur, qui sait maintenir le rythme pendant tout le spectacle,
ne rate aucun des effets d’un texte qui en regorge. Conquis surtout par un duo de comédiennes pleines de générosité et parfaitement complémentaires. Muriel Lemaire et Patricia Levrey s’amusent sur scène, ont un plaisir à jouer, un bonheur d’être sur scène qui est communicatif. Leur fantaisie, leur talent, leur folie vous font rire pendant tout le spectacle. Avec en supplément, comme intermède musical, un blues de l’amanite tue-mouche que les mélomanes apprécieront. Un spectacle qui a pour seule ambition de vous faire rire, et qui y réussit admirablement.

Bio mais pas dégradées de Christian Dob. Mise en scène de Xavier Letourneur. Avec Muriel Lemaire et Patricia Levrey. Au Mélo d’Amélie du mardi au vendredi à 20h, le samedi à 17h30 et 20h. Réservation : 01 40 26 11 11. Durée : 1h25.

Photo : François Raison.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.