Accueil > Wanted Petula de Fabrice Melquiot

Critiques / Jeune Public

Wanted Petula de Fabrice Melquiot

par Dominique Darzacq

Rocambolesque et savoureux

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Emmanuel Demarcy-Mota l’avait dit, il l’a fait. Sous son mandat, les enfants ne resteraient pas à la porte du théâtre. Pour « tenter de les émerveiller », c’est bien évidemment à l’auteur Fabrice Melquiot, membre du collectif artistique, qui depuis Perlino comment en 2001 s’adresse régulièrement au jeune public dans une langue nerveuse croisée de cour d’école et de poésie.
Après Bouli Miro et Bouli déboule, Wanted Petula est le troisième épisode des folles et pittoresques aventures de Bouli Miro et la sixième pièce de cet auteur(1) que met en scène Emmanuel Demarcy-Mota.

Membre à part entière d’une tribu totalement déjantée, Petula, fille de papa et maman Clark, est la cousine de Bouli Miro, fils de Mama Binocla et de Daddi Rotondo. Ces deux-là s’aiment depuis toujours, mais les histoires d’amour sont toujours compliquées pour les petits comme pour les grands. Ensemble, ils ont vécu quelques aventures, des très chouettes et des douloureuses, bref, se sont frottés aux joies et aux chagrins de l’existence. Mais tandis que la déprime fait enfler Bouli, l’affliction fait maigrir Petula. A force de maigrir aurait-elle disparue ? C’est là, que nous retrouvons notre héros en pleine interrogation et se demandant si, doté des oreilles du Prince Charles, il pourrait entendre la voix de Petula.
Amour quand tu nous tiens
Ainsi commence la troisième épopée de Bouli Miro qui a atteint ses douze ans, en même temps que ses 101 Kilos. Un poids auquel il semble se stabiliser tandis que la famille, elle, s’est recomposée. Mama Binocla a délaissé un certain Sigmund pour partager sa vie avec un drôle de lanceur de javelot et Daddi a épousé une ancienne actrice qui faisait vampire au cinéma, et maintenant, sème ses molaires comme on sème les perles de son collier. A l’occasion d’un déjeuner de famille, Bouli Miro propulsé dans les airs – on ne vous révèlera pas les modalités de l’expédition - part à la recherche de Petula. Tandis que la famille tente de le repérer au télescope, il entreprend un voyage sidéral et sidérant au cours duquel, de planète en planète et à dos de puce savante grande lectrice de Duras, il fait de drôles de rencontres, des inattendues comme celle de Neil Armstrong le premier homme qui a marché sur la lune, d’autres plus plausibles, comme celle du fameux Petit Prince, sauf que, celui-ci est made in Taiwan, la mondialisation n’a pas de limites, l’amour de Bouli non plus qui retrouve Petula qui faisait la grève des humains et finalement explique « la vie, c’est des victoires et des chances, et entre les victoires et les chances, des petits accidents. Ouais et même des plus grands, des qui te cassent. Mais je regarde Bouli, son ventre est toute la terre, alors ça va ».
Un théâtre au présent
Fabrice Melquiot, pour qui les enfants ne sont pas « les spectateurs de demain, mais ceux d’aujourd’hui et de maintenant », use du burlesque et de la fantaisie la plus débridée comme fusées porteuses pour leur parler de ces choses diablement sérieuses qui les tarabustent : la peur, la solitude, la différence, le sexe, les relations familiales qui ne sont pas toujours de la tarte.
Dans des décors de bandes dessinées un peu trashes (Yves Collet), Emmanuel Demarcy-Mota dirige une pétulante troupe de dix comédiens qui investissent leur personnage avec le sérieux et la jubilation des enfants qui jouent à la marchande.
Petits et grands peuvent savourer cette rocambolesque et belle histoire d’amour. On se demande les raisons d’une programmation restreinte à seulement dix jours. N’y aurait-il pas à Paris suffisamment d’enfants pour en profiter ? Heureusement il sera repris au 104 au mois de décembre.

Wanted Petula de Fabrice Melquiot, mise en scène Emmanuel Demarcy-Mota, avec Cyril Anrep, Charles Roger Bour, Céline Carrère, Ana das Chagas, Valérie Dashwood, Philippe Demarle, Sandra Faure, Olivier Leborgne, Gérald Maillet, Pierre Ninet.
1h15 théâtre Monfort jusqu’au 15 décembre tel : 01 56 08 33 88
(1) Les pièces de Fabrice Melquiot sont éditées aux éditions de l’Arche.

crédit photographique : J.-L. Fernandez

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.