Accueil > Philippe Genty, Paysages intérieurs

Critiques / Livres, CD, DVD

Philippe Genty, Paysages intérieurs

par Dominique Darzacq

Les mémoires d’un faiseur de rêves

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’échelle des continents est l’unité de mesure adéquate pour un enchanteur raffiné « qui fit ses études supérieures dans une 2CV sur les routes cabossées ». Normal donc, que Philippe Genty commence le récit de ses souvenirs par son incroyable road movie à travers le monde à la découverte des divers théâtres de marionnettes effectué sous l’égide de l’UNESCO et en compagnie d’Alex, sa première marionnette et son double à l’humeur aventureuse. Une épopée initiatique, engagée comme une fuite, qui fut de l’Inde en Amérique latine, en passant par la Chine, le Japon… tout à la fois exploration attentive de toutes les techniques de manipulation, et « une plongée dans l’âme humaine aussi diverse que les paysages », dont certains , comme les déserts, laisseront des marques si indélébiles qu’ils inspireront des spectacles où cohabitent jusqu’à se confondre l’enchantement et la cruauté, le rêve et le cauchemar, dont Voyageur immobile ou Passagers Clandestins restent les mémorables illustrations.

Explorer l’inerte et le vivant

L’ouvrage, ponctué de croquis et de photos de spectacles qui ravivent nos souvenirs de spectateur, est tout à la fois le récit d’un apprentissage avec ses écueils, ses balbutiements créatifs et celui d’une aventure créatrice forgée d’exigence. Celle de la compagnie que Philippe Genty a créée en 1968 et qui n’a cessé de sillonner le monde et dont chaque nouveau spectacle est une nouvelle équation à résoudre. Car enfin, mettre sur le métier les sortilèges de l’imaginaire, c’est explorer le rapport de l’inerte et du vivant, se préoccuper de la matière, « du jeu des corps, de la relation aux objets, de la danse », puisque pour Philippe Genty il s’agit de « plonger le spectateur dans une succession de rébus, d’énigmes qui le renvoient à ses propres miroirs, interrogations et interprétations ».

Lecteur attentif de Freud, Groddeck, Klein, l’autoanalyse sera un moment charnière de son parcours artistique, qui le fera passer de la marionnette au théâtre visuel, du cabaret aux grandes scènes internationales.

Le magma des souvenirs comme outils de création

De carnets de voyages en notes de travail, de master classes conçues comme des « ateliers laboratoire » en récits intimes- notamment sa rencontre avec sa compagne et chorégraphe Mary Underwood, de la création à la transmission, Philippe Genty nous emmène dans les coulisses de ses mutations psychiques et artistiques. S’y révèle la passion d’un créateur qui n’a de cesse de transformer « le magma intime de ses souvenirs » en réservoir de création et d’innovation.
Ce que le public du Festival de la marionnette de Charleville Mézières pourra vérifier dès le mois de septembre où est programmé Ne m’oublie pas spectacle crée en 1992, mais remis sur le chantier la saison dernière, avec de jeunes artistes norvégiens et rebaptisé Forget me not, « un spectacle sur la mémoire, celle qui cherche à faire retour malgré nos résistances », précise Philippe Genty, dans son livre qui est aussi une belle histoire de théâtre.

Philippe Genty, Paysages Intérieurs Editions Actes Sud 303 pages 150 illustrations couleurs 35€.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.