Accueil > Le fabuleux destin d’Amadou Hampâté Bâ

Critiques / Théâtre

Le fabuleux destin d’Amadou Hampâté Bâ

par Dominique Darzacq

Un portrait serti à pointe fine

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Larrons en foire sur le chantier des œuvres, le journaliste écrivain Bernard Magnier pour l’écriture et Hassane Kassi Kouyaté, metteur en scène et conteur pour la réalisation scénique, nous avaient il y a quelque temps proposé une brillante et pittoresque virée à travers l’œuvre de Sony Labou Tansy (La chouette petite vie bien osée de Sony Labou Tansy ) romancier et dramaturge congolais, auteur à la langue bien pendue, aussi échevelée que subversive.
Avec, en scène, la complicité du comédien Habib Dembélé et de Tom Diakité au chant et divers instruments dont le donso ngoni aux sonorités magiques, ils nous font cette fois-ci entendre une des grandes voix des Lettres africaines. Celle d’Amadou Hampâté Bâ, qui à l’instar de Léopold Sedar Senghor, fut l’un des premiers et rares écrivains africains connus du grand public européen.

Né au Mali de famille noble peule (1900-1990) « diplômé de la grande université de la parole enseignée à l’ombre des baobabs », Amadou Hampâté Bâ, écrivain, ethnologue, philosophe, a traversé tout un siècle dans ses multiples avatars, « vu bien des choses en parcourant le monde » et connu de près les diktats et les imbécillités de l’administration coloniale qui, par exemple, pour le punir d’avoir refusé d’entrer à l’École Normale de Gorée, l’expédia à Ouagadougou, capitale de ce qui s’appelait alors la Haute-Volta, en qualité « d’écrivain temporaire à titre essentiellement précaire et révocable ». Se déclarant « autodidacte de la langue française » qu’il maniait avec humour et un sens inégalé de la formule qui fait mouche, Amadou Hampâté Bâ s’est saisi de tous les genres littéraires mais son nom reste attaché à la défense de la tradition orale. Parce que pour lui, ainsi qu’il le déclara à la tribune de l’Unesco, « En Afrique, un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle », il a contribué par ses travaux de collecte et de transcription à la reconnaissance du riche patrimoine qu’est l’oralité en Afrique.

Avec en exergue, « Les hommes peuvent atteindre un but commun sans emprunter les mêmes voies », tissé d’éléments sonores et visuels, d’extraits des œuvres et de correspondance, le spectacle ne retrace pas seulement l’itinéraire d’un fabuleux écrivain conteur, il brosse en finesse le portrait d’un sage lettré pour qui la tolérance était le maître mot et affirmait « Si tu penses comme moi, tu es mon frère. Si tu ne penses pas comme moi tu es doublement mon frère car tu m’ouvres un autre monde ».
Après le Tarmac où il a été créé dans le cadre des Traversées africaines , le spectacle qui se décline en forme légère sera présenté en tournée dans des lieux qui ne sont pas dédiés au théâtre, tels les collèges, lycées, universités, centres culturels.

Avec ses Traversées africaines le Tarmac, scène vouée à la francophonie prend à revers les humeurs du temps et, à l’heure où s’érigent des murs et des barrages, nous invite à sauter les frontières, à cheminer sur d’autres territoires artistiques, à regarder le monde, celui d’aujourd’hui et de demain, à travers d’autres regards et ainsi enrichir le nôtre. Une action diablement utile ces temps-ci et inscrite dans le droit fil de ses missions.
Comment dès lors ne pas rester perplexe devant la décision du Ministère de la culture de fermer cette scène foisonnante du vif de la création francophone pour y loger une autre instance culturelle si pertinente soit-elle ? Déshabiller Pierre pour habiller Paul relève du bricolage financier plus que d’une véritable et cohérente politique culturelle attentive à la création.

Le Fabuleux destin d’Amadou Hampâté Bâ, texte de Bernard Magnier. Mise en scène Hassane Kassi Kouyaté avec Habib Dembélé, Tom Diakité (chant, multi-instruments) - durée 1h10

Le Tarmac jusqu’au 13 avril puis en tournée tel 01 43 64 80 80 www/letarmac.fr

Photo ©Frédéric Desmesure

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.