Accueil > Cercles/Fictions, de Joël Pommerat

Critiques / Théâtre

Cercles/Fictions, de Joël Pommerat

par Jean Chollet

Mise en regards

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le dispositif scénographique d’Eric Soyer apporte un premier élément constitutif de ce nouveau spectacle écrit et mis en scène par Joël Pommerat. Il relève de son désir d’instaurer un rapport différent avec les spectateurs, en échappant à une frontalité habituellement utilisée lors ses précédentes créations. Le Théâtre des Bouffes du Nord prend ainsi un aspect inusité, avec une aire de jeu circulaire bordée de palissades basses et entourée de gradins qui accueillent le public. Si l’utilisation du cercle évite une focalisation du regard et offre une vision panoptique souhaitée, sa fonction prend ici une dimension métaphorique autant qu’instrumentale. Elle introduit à travers sa configuration, l’engagement d’une forme de spirale dans laquelle s’engage la représentation composée d’histoires fragmentaires qui traversent les siècles sans logique apparente comme autant de bribes surgies des souvenirs. C’est à eux que Joël Pommerat fait appel, puisant dans son histoire personnelle pour faire ressurgir des êtres ou des actions, dans un troublant mélange de réalité et de fiction. Ponctué d’interventions d’un meneur de jeu, un enchaînement de scènes brèves évoque un univers bourgeois face aux tensions ancillaires, la guerre 14-18, l’ambition d’un jeune cadre, le formatage nécessaire pour savoir se vendre sur le marché du travail, l’errance nocturne de clochards, l’exploitation des sans-papiers… ou encore la quête d’un pacte démoniaque et l’apparition d’un chevalier devenu bras armé de l’Eglise. À travers ces situations, qui naviguent parfois entre tragique et humour, se tisse une mise en perspective psychologique, sociale et politique, de la réalité de la société d’aujourd’hui, sans la cohérence linéaire d’un récit ni recherche de clarté mais en ouvrant un champ d’interrogations dans lesquelles chaque spectateur peut s’investir en fonction de son vécu, de ses souvenirs et de son imaginaire. Car c’est bien dans cette sollicitation et dans les réflexions qu’elle provoque que ce spectacle trouve la pleine mesure de son cheminement scénique. Il le doit en grande partie à l’association exemplaire de tous ses composants à même d’instaurer un climat sensoriel propice et stimulant pour le spectateur. Des lumières subtiles et arachnéennes d’Eric Soyer surgissant du noir avec une intensité pénétrante à la réalisation sonore expressive et suggestive de François Leymarie, qui nourrissent d’échos sensibles les croisements de l’ensemble d’une interprétation dont la justesse et la force éclairent la représentation.Une conjugaison de talents mis au service d’un théâtre ambitieux et exigeant en prise avec notre temps. Ce n’est pas monnaie courante et cette création saisissante de la Compagnie Louis Brouillard mérite d’être saluée et applaudie.


Cercles/Fictions
, texte et mise en scène de Joël Pommerat, avec Jacob Ahrend, Saadia Bentaïeb, Agnès Berthon, Gilbert Beugnot, Serge Larivière, Frédéric Laurent, Ruth Olaizola, Dominique Tack. Scénographie et lumière Eric Soyer, costumes Isabelle Deffin, réalisation sonore François Leymarie. Durée 2h 10. Théâtre des Bouffes du Nord jusqu’au 6 mars 2010.
Maubeuge/Festival VIA, les 13 et 14 mars, Scène nationale de Cavaillon, du 31 mars au 2 avril, Théâtre national de la Communauté française de Belgique, du 20 au 24 avril 2010

Crédit photographique/ Elisabeth Carecchio

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.