Accueil > Odyssées en Yvelines

Actualités / Jeune Public / Théâtre

Odyssées en Yvelines

par Dominique Darzacq

Quand le théâtre jeune public s’éclate en Yvelines

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Six créations originales proposées du 15 janvier au 30 mars, 54 artistes, auteurs, metteurs en scène, comédiens, danseurs, musiciens, marionnettistes…, 200 représentations dans les établissements culturels et scolaires du département , telle pourrait se résumer cette 9è édition d’une biennale dont la singularité est, justement, de ne pas être une simple addition de spectacles présentés en marge de la programmation habituelle, mais le cœur battant d’une politique culturelle qui noue ensemble création et partage.

Initiée, depuis 1997, par le Théâtre de Sartrouville et soutenue par le Conseil Général du département, Odyssées en Yvelines , manifestation haut de gamme de création, est tout à la fois un nom propre et un lieu commun, c’est-à-dire la propriété partagée par les divers acteurs culturels du département qui s’emparent de l’évènement, chacun à sa manière,selon ses moyens et ses objectifs. C’est ainsi que, saisissant l’occasion de cette édition, l’Association culturelle Accueil, Loisirs, Culture de Chevreuse, convaincue que la présence d’artistes, sur le terrain pendant une assez longue période, était la meilleure des propagandes, a décidé d’accueillir en résidence l’équipe de création de Bouh la pièce du britannique Mike Kenny. Un spectacle ludique et profond « où se joue la peur des enfants, nourrie par la rumeur » qui s’adresse à tous, petits et grands et nous permet de retrouver l’écriture sensible, d’un auteur que la Biennale et le Théâtre de Sartrouville ont contribué à faire connaître en France (16 janvier à Chevreuse).

L’auteur comme fil rouge

Si la manifestation ne cesse d’évoluer, de se diversifier et de multiplier ses actions et ses partenaires, l’auteur, les écritures à révéler ou à susciter en restent le fil rouge, l’axe à partir duquel tout s’articule, avec en ligne de mire la création d’un répertoire jeune public. Raison pour laquelle les textes créés à l’occasion de cette biennale sont publiés dans la collection Heyoka Jeunesse, coédition Actes-Sud papiers/ Théâtre de Sartrouville.

Du reste, c’est par le biais d’un auteur, avec Un obus dans le cœur de Wajdi Mouawad, qu’Odyssées a poussé pour la première fois la porte des lycées et collèges. Au fil des éditions et toujours par le truchement des auteurs, les choses ont évolué de telle manière qu’aujourd’hui « le metteur en scène doit penser le collège comme un espace scénographique » explique Dominique Bérody, cheville ouvrière de la biennale et pour qui « ces formes théâtrales inédites bousculent les idées reçues des adolescents sur le théâtre et provoquent chez eux des émotions qui les incitent à réfléchir sur ce que le théâtre peut leur dire ». Avec My Brazza créé au collège Saint-Exupéry de Vélizy Villacoublay (20 janvier), c’est Ronan Chéneau pour le texte, David Bobbée pour la mise en scène et l’acteur danseur Florent Mahoukou qui, aujourd’hui, permettent aux ados de découvrir le spectacle vivant de façon plus intime que dans une salle de spectacle.

« Parce que le partage du sens et de l’émotion n’a pas d’âge » Odyssées n’a de cesse d’inventer des projets qui rassemblent les générations autour de propositions de créateurs de sensibilités différentes, qu’il s’agisse de jeunes artistes telle Anna Nozière, auteur- metteur en scène (Joséphine les enfants punis le 14 janvier à Viroflay) ou des auteurs reconnus comme Fabrice Melquiot qui, avec Moby Dick d’après le roman d’Herman Melville signe une fascinante épopée théâtrale (16 janvier à Saint Quentin en Yveline)

La musique et la marionnette mettent leur grain de sel

Reprenant le flambeau du théâtre jeune public en même temps que la direction du Théâtre de Sartrouville, Sylvain Maurice a bien évidemment, marqué Odyssées de ses préoccupations artistiques , l’ouvrant ainsi à d’autres disciplines, notamment à la musique avec le détonnant et jubilant concert Entre chien et loup, un éventail de saynètes tissées de musique et de mots, de moments d’émotion et d’éclats clownesques, interprétées par deux jeunes musiciennes, Noémie Boutin au violoncelle et Sylvaine Hélary à la flûte (16 janvier à la Barbacane de Beynes) . De même, cette édition fait une belle place à l’art de la marionnette, notamment avec Le rêve d’Anna, une fable sociale et enfantine qui regarde le monde depuis le rêve d’une petite fille, écrite par Eddy Pallaro et réalisée par la marionnettiste Bérangère Vantusso, artiste associée au Théâtre de Sartrouville qui trouve là, dit-elle, l’occasion d’élargir son travail sur l’hyperréalisme en marionnettes, en même temps « que d’investir théâtralement le décalage qui existe entre différentes façons d’appréhender le monde selon qu’on est adulte ou enfant » . C’est avec ce spectacle qui nous invite « à changer de point de vue sur les choses, à les regarder d’ailleurs » que tout commencera le 15 janvier au Théâtre de Sartrouville.

Créés aux quatre coins du département, chacun des spectacles investira, selon son format et ses visées, théâtres, salles des fêtes, bibliothèques, lycées, collèges, les scènes conventionnées comme les municipales, se nicheront jusqu’au 30 mars dans tous les coins du territoire, faisant des Yvelines l’Eldorado du théâtre jeune public.

Odyssées en Yvelines, Biennale de création théâtrale du 15 janvier au 30 marsTel 01 30 80 86 77 77
www.odyssées-yvelines.com / odyssées theatre-sartrouville.com.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.