Accueil > Les Grands Prix du Syndicat de la critique

Actualités /

Les Grands Prix du Syndicat de la critique

par Dominique Darzacq

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Comme chaque année le syndicat professionnel de la critique de théâtre, musique et danse a remis ses Grands Prix, qui distinguent les spectacles et les personnalités artistiques qui ont marqué la saison.

Avec leur Grand Prix , sont, pour ce 48è palmarès, couronnés meilleurs spectacles de l’année : Ma chambre froide de Joël Pommerat pour le théâtre, Le Crépuscule des Dieux de Richard Wagner sous la baguette de Marko Letonja et la réalisation scénique de David Mc Vicar pour la musique , Nya de Abou Lagraa pour la danse.

Ont été distingués comme meilleurs spectacles créé en province avec Prix Claude-Rostand pour le lyrique et Georges-Lerminier pour le théâtre.
Ex-aequo pour la musique : Le Dialogue des Carmélites de Poulenc crée sous la direction musicale de Michel Plasson à l’opéra de Nice. Le Rossignol et autre fable de Stravinski mis en scène par Robert Lepage et dirigé par kazushi Ono crée pour Festival d’Aix et l’Opéra de Lyon.

Pour le théâtre Mille Francs de récompense de Victor Hugo mis en scène par Laurent Pelly au Théâtre National de Toulouse, ce spectacle est distingué également par le Prix du meilleur créateur d’éléments scéniques pour la scénographie de Chantal Thomas.

Pour le théâtre, le prix de la meilleure création d’une pièce en langue française revient à Valère Novarina pour Le Vrai sang créé à l’Odéon, tandis que The Second woman opéra de Frédéric Verrières créé au Théâtre des Bouffes du Nord est couronné meilleure création musicale pour la musique.

Les autres prix pour le Théâtre

{{}}

Meilleur spectacle étranger : Shun-Kin mis en scène par Mc Burney d’après Jun’ichirö Tanizaki (Festival d’Automne –Théâtre de la Ville)
Meilleure comédienne Valérie Dréville dans Le long voyage du jour à la nuit dans la mise en scène de Célie Pauthe (Théâtre de la Colline)

Meilleur comédien : Micha Lescot dans les Chaises mis en scène par Luc Bondy ( Théâtres Vidy-Lausanne et Nanterre-Amandiers).
Meilleur compositeur de musique de scène, Christian Paccoud pour Le Vrai sang .
Meilleur livre sur le théâtre : Les Utopies du masque sur les scènes européennes du XXè siècle de Guy Freixe (ed l’Entretemps)

Devant l’impossibilité de dégager une véritable majorité le collège théâtre a décidé de ne pas attribuer cette année Le prix de la révélation, qui dorénavant s’appellera le Prix Jean-Jacques-Lerrant.

Pour la musique

{{}}

Prix de l’Europe francophone : Parsifal de Wagner mis en scène par Romeo Castellucci, dirigé par Hartmut Haenchen à la Monnaie de Bruxelles.
Meilleur créateur d’éléments scéniques : Johanny Bert pour la création des marionnettes de « Phi-Phi » de Christiné

Personnalité musicale : le chef Louis Langrée

Révélation musicale : le pianiste David Kadouch
Meilleurs livres : l’essai « Mémoires d’Henry Barraud » sous la direction de Myriam Chimènes et Karine Le Bail (Fayard) , monographie : « Hommage à Régine Crespin » de Christophe Ghristi et André Tubeuf (Actes Sud)

Pour la danse

{{}}

Personnalité chorégraphique de l’année : Louise Lecavalier pour son nouveau parcours chorégraphique.
Meilleur livre : John Neumeier, trente ans de ballets à l’Opéra de Paris de Jacqueline Thuillieux ( Ed Gourcuff Gradenigo).

Photo Polo-Garat « Mille Francs de récompense »

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

1 Message

  • Prix Claude Rostand 2011 21 juin 2011 07:54, par Chiara Biaggi

    Récompense hautement méritée pour cette ouverture de saison nicoise 2010/2011 programmée avec tant d intelligence et de brio par Alain Lanceron.

    Il faudrait ajouter que Le Dialogue des Carmélites de Poulenc dirigée comme personne sous la direction musicale de Michel Plasson à l’opéra de Nice a été mis en scène génialement par Robert Carsen qui est venu lui meme aux répétitions.

    Encore toutes nos félicitations et notre fierté !

    Chiara Biaggi

    repondre message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.