Accueil > Le théâtre dans la France de la Renaissance

Critiques / Théâtre

Le théâtre dans la France de la Renaissance

par Yves Bourgade

Exposition au Château d’Ecouen

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Château d’Ecouen, construit entre 1538 et 1555 sur commande du puissant connétable Anne de Montmorency et situé à 20 kms au nord de Paris dans le Val d’Oise, est depuis 1977 le siège du Musée national de la Renaissance.
Une institution qui mérite d’abord d’être mieux connue pour les collections qu’elle abrite, l’oeuvre la plus spectaculaire conservée étant l’ensemble de dix pièces, se déployant sur 75 mètres, de la tapisserie flamande de David et Bethsabée, sans oublier ce qui reste des fastueux décors intérieurs dont douze cheminées peintes.
Au premier étage de l’aile sud de ce château représentatif de l’architecture de la Renaissance que Napoléon 1er et Napoléon III avaient affecté à la Maison d’Education des jeunes filles de la Légion d’Honneur qui l’occupa jusqu’en 1962, est présentée depuis cet automne 2018 une exposition sur le théâtre dans la France de la Renaissance, sous le titre Pathelin, Cléopâtre, Arlequin
Muriel Barbier, Conservateur à Ecouen et Olivier Halévy, Maître de conférence à Paris III, en sont les commissaires et auteurs d‘un riche catalogue illustré qui comblent une lacune, car la dernière exposition sur le sujet remonte à 1963.
137 pièces (manuscrits, dessins, tableaux, gravures, objets, fragments de textiles etc.) provenant des collections principalement d’Ecouen, de la BNF, du Louvre, de la Comédie-Française, des Musées Calvet et Baron Gérard), sont présentées selon un ordre chronologique et thématique. Elles arrivent à faire revivre les différentes formes dramatiques du théâtre français de la fin du XVème siècle aux années 1610 dont il ne reste plus d’éléments matériels (décors et costumes), mais dont on a le récit écrit et le détail, grâce à la gravure comme dans le cas du ballet de cour. Le plus fameux de ces divertissements, évoqué par l’exposition et qui fixa le genre, est le Ballet comique de la Reine en 1581, pour fêter les noces du duc de Joyeuse et de Marguerite de Vaudémont, sœur de le Reine Louise de Lorraine, épouse d’Henri III. L’alliance du théâtre, de la danse et de la musique, en font un spectacle total.
Les traditions théâtrales du Moyen Age, d’inspiration religieuse, s’enrichissent des apports de la Renaissance : pensée humaniste, échanges culturels, renouveau architectural inspiré de l’Antiquité grecque et romaine, inventions techniques et transformations des pratiques sociales.
Les personnages de l’exposition, énumérés dans le titre, « incarnent chacun un type de théâtre de la Renaissance : la farce, la tragédie et la comédie italienne », expliquent les deux commissaires qui précisent : « Pathelin est l’avocat rusé et fourbe, Cléopâtre le personnage historique et légendaire et Arlequin le plus célèbre personnage de la commedia all’improviso (future commedia dell’ arte). »
Une programmation pédagogique et culturelle accompagne cette exposition ainsi qu’une journée d’étude gratuite et sur réservation sur le thème « Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610) »à la BNF à Paris (Site Tolbiac) le 22 novembre 2018 .

Exposition ouverte au Musée national de la Renaissance à Ecouen, jusqu’au 28 janvier 2018, -tous les jours sauf mardi (et 25décembre et 1er janvier)-, de 9h30 à 12h 45 et de 14h à 17h15. Billet 5€. Catalogue 29€. tel : 01 34 38 38 50

Le château est accessible de Paris par le train en 20 minutes depuis la gare du Nord, puis bus 269 depuis la gare d’Ezanville-Ecouen.

Photo Editions Gourcuff Gradenigo

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.