Accueil > Le problème avec le rose de Erika Tremblay-Roy

Critiques / Festival / Jeune Public / Théâtre

Le problème avec le rose de Erika Tremblay-Roy

par Corinne Denailles

Le genre en question

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce petit spectacle met en lumière les conditionnements sociaux liés à la question du genre qui persiste inconsciemment dans les esprits les plus éclairés. Nous sommes tous victimes de notre éducation et dans le meilleur des cas, nous nous faisons piéger par des réactions instinctives qu’il n’est pas facile de dompter. Si, d’une manière générale, nous pouvons espérer que nous n’en sommes plus à la distinction garçon-bleu/fille-rose (encore que…), de nombreuses injonctions insidieuses continuent de travailler en sourdine. Une fille dessine forcément des licornes et aime s’identifier aux princesses, les garçons aiment les costumes de superman, savent qu’ils ne doivent pas pleurer, mais qu’ils ont le droit de se salir en sautant dans les flaques. D’où viennent ces injonctions et leur cortège de conséquences brimantes ? Comment ne pas les interpréter comme autant d’instruments de pouvoir patriarcal qui mettent le féminin sous la coupe du masculin ?
Des enfants jouent ensemble sans se poser de questions, en tout innocence, jusqu’à ce que l’un d’entre s’avise que le tapis de jeu est rose et que « rose, c’est pour les filles ». La révélation les sidère, mais il y a pire, les garçons découvrent que l’un d’entre eux est une fille. Sans le savoir, ils prennent conscience qu’on ne conteste pas ce qui est présenté comme un état de fait naturel. C’est la société qui construit les cases où l’on s’enferme soi-même. De même que l’identité de chacun n’est pas une mais multiple, le genre n’a pas de frontières naturelles infranchissables.
La mise en scène du spectacle use d’un principe de jeu original qui mêlent danse et texte, les traitant comme un tout. Les mouvements des danseurs produisent les mots qu’ils se lancent comme des balles rattrapées au rebond. La chorégraphie des corps, le jeu avec les mots insufflent au spectacle une énergie, un rythme musical. Un spectacle joyeux à mettre entre toutes les oreilles, à partir de 9 ans. 6 ans est un peu jeune pour capter le sens du propos à travers le jonglage des mots.

Le problème avec le rose de Erika Tremblay-Roy. Chorégraphie, Christophe Garcia. Mise en scène Erika Tremblay-Roy et Christophe Garcia. Scénographie Julia Morlot. Lumières Andréanne Deschênes. Musique, Jakub Trzepizur. Costumes, Pascale Guené. Avec Idir Chatar, Nina Morgane Madelaine, Quentin Moriot, Alexandre Tondolo. Avignon, Nouveau grenier à 16h05. Durée : 50 minutes. A partir de 6 ans.
Texte publié chez Lansmann éditeur.
photo Jean-Charles Verchère

Tournée : voir le site www.la-parenthese.com

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.