Accueil > J’ai des doutes de François Morel

Critiques / Théâtre

J’ai des doutes de François Morel

par Corinne Denailles

Rendez-vous avec Raymond

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le titre du spectacle est celui d’un fameux sketch de Raymond Devos. C’est bien à un véritable hommage à l’humoriste disparu en 2006, que nous convie François Morel. Hormis le début très drôle et quelques touches personnelles qui sont de Morel, tout le reste est du Devos. En introduction donc, un court sketch qu’il ne renierait pas : dans un furieux coup de tonnerre, Morel apparaît en Saint Pierre ; s’ensuit un dialogue, truffé de jeux de mots, avec Dieu qui a convoqué Devos pour se désennuyer. Quand Dieu se vante d’être le créateur du monde, Devos lui rétorque que cela fait déjà une éternité alors que lui, l’artiste, il fait une création tous les deux ans. Puis, la fragile mélodie de la chanson de Giani Esposito Le Clown s’élève dans la pénombre et clôturera le spectacle, hommage à l’ami de Devos qui la chantait sur scène (« s’accompagnant d’un doigt, ou quelques doigts, le clown se meurt…).
Les sketchs — entrecoupés de quelques chansons sur des textes de Devos comme Je hais les haies qui s’achève par « Je hais les murs qui sont en nous », que Morel fera chanter par le public en guise de rappel — s’enchaînent, en solo ou en duo avec le pianiste épatant (ce soir-là Antoine Sahler) qui donne le change avec beaucoup de talent. Sans aucun doute Devos et Morel, ces deux jongleurs de mots sur le fil de l’absurde, ont des affinités électives. Morel, tout en nuances et pourtant formidablement expressif, joue admirablement de cette fausse sobriété qui confère à l’excès sous des airs de grande modestie. Avec ce spectacle qui a du rythme, du phrasé, il réinvente son Devos sans jamais l’imiter, glisse des allusions au prestidigitateur, au musicien, au mime, aux talents multiples de cet extraordinaire artiste de scène dont le sens de l’absurde était très philosophique ; il est là, quelque part tapi dans l’ombre (pour un peu on apercevrait son nœud papillon et sa trompette), redescendu directement du Paradis sur la scène du théâtre du Rond-point dans la peau d’un François Morel drôle et émouvant, au meilleur de son talent.

J’ai des doutes textes Raymond Devos, un spectacle de et avec François Morel ; composition musicale, Antoine Sahler. Musique et interprétation Romain Lemire en alternance avec Antoine Sahler. Lumières, Alain Paradis ; son Camille Urvoy ; costumes, Elisa Ingrassia. Au théâtre du Rond-point jusqu’au 6 janvier 2019 à 18h30. Durée : 1h30.

Giovanni Cittadini Cesi

Tournée
2 MARS 2019
LE CASINO / DEAUVILLE (14)
4 ET 5 MARS 2019
THÉÂTRE DU BEAUVAISIS / BEAUVAIS (60)
6 ET 7 MARS 2019
MAISON DE LA CULTURE / AMIENS (80)
9 MARS 2019
LE GRAND ANGLE / VOIRON (38)
12 —16 MARS 2019
LE GYMNASE / MARSEILLE (13)
17 MARS 2019
THÉÂTRE DE L’OLIVIER / ISTRES (13)
6 —10 MAI 2019
ODYSSUD / BLAGNAC (31)
11 —16 JUIN 2019
THÉÂTRE DE CAEN / CAEN (14)

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.