Accueil > Iliade + Odyssée d’après Homère

Critiques / Théâtre

Iliade + Odyssée d’après Homère

par Corinne Denailles

Des dieux et des hommes

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le spectacle commence dans le hall du théâtre ; le public tassé devant l’entrée de la salle capte l’essentiel du dialogue ; ce préambule destiné à planter le contexte (le « previously » de nos séries) se déroule dans une certaine confusion qui n’est pas sans rapport avec le sujet et le ton. Raconter l’Iliade et l’Odyssée d’Homère, 27 000 vers au total, en quelque trois heures tient d’une gageure réussie par Pauline Bayle et son équipe. Le metteur en scène a choisi de montrer de l’Iliade la préparation à la guerre des deux armées et fait ressortir le combat à mort entre Achille le Grec et Hector le Troyen mais elle saura glisser des évocations d’épisodes fameux tel celui du cheval de Troie grâce à Ulysse, fil conducteur du récit. Ulysse, rusé et intelligent, qui conçoit les stratégies les plus fines pour vaincre les Troyens mais aussi les terribles obstacles envoyés par Poséidon sur le chemin de retour vers Ithaque, la terre natale. Le dieu harcèle Ulysse pour se venger de celui qui a osé crever l’œil de son fils le Cyclope. Ainsi, aux neuf années de guerre s’ajoutent dix ans d’errance sur les mers avant de retrouver son foyer. Iliade et Odyssée, deux parties comme deux mouvements musicaux pour chanter les aventures des héros et des dieux. Le texte d’Homère conjugue la narration prosaïque, le récit épique, le chant élégiaque et des scènes hautement comiques. De ce matériau composite, Pauline Bayle a tiré un ensemble très bien structuré qui ajoute une dimension moderne parfaitement adaptée aussi bien dans le langage que dans les choix de mise en scène. Les Grecs avaient l’habitude de faire jouer les rôles de femmes par les hommes, Pauline Bayle fait jouer les hommes par les femmes dans une intention féministe, signe des temps.

La tragédie est émaillée de scènes comiques où l’on voit que les dieux ont des préoccupations et des comportements qui ne nous sont pas étrangers. Un plateau presque nu, quelques chaises, un papier kraft délimitant une aire de jeu à l’avant-scène, en fond de scène, deux listes de noms, mémo pour se rappeler qui sont les principaux personnages en scène et de quel côté de la guerre ils se situent, Grèce ou Troie. Et six comédiens en costume de ville, d’emblée habités par une énergie décapante. Ils glissent d’un personnage à l’autre avec tant de fluidité qu’on a l’impression de les voir tous sur scène quand ils ne font pas office de chœur antique.
L’Iliade est un morceau plus complexe à maîtriser, le récit guerrier plus laborieux que l’Odyssée qui avance d’un rythme soutenu de catastrophe en victoire sur les éléments et les ensorcellements. La tempête y souffle le plus souvent, rendue avec force par la chute simultanée et rythmée des corps. Dans l’Iliade, Pauline Bayle met en avant les dégâts collatéraux, la souffrance des mères et des enfants. On retiendra cette belle idée de représentation des armes envoyées par Thétis à Achille figurées par une cuirasse de paillettes argentées ou dorées dont il s’enduit les bras et le visage. Homère écrit : « Achille est pareil à une machine de guerre avec ses mains de feu et son courage de fer ». Avec pour seul moteur le jeu des acteurs, hors tout artifice, le spectacle met l’épopée à portée de main et de compréhension et nous invite à méditer sur les actions des hommes, instruments du pouvoir divin, de tous les pouvoirs.

Iliade +Odyssée d’après Homère, adaptation et mise en scène Pauline Bayle. Avec Manon Chircen, Soufian Khalil, Viktoria Kozlova (en alternance avec Nadja Bourgeois), Mathilde Méry, Loïc Renard. Scénographie pour Iliade, Camille Duchemin et Pauline Payle ; pour Odyssée, Pauline Bayle. Lumières, Pascal Noël ; costumes, Camille Aït. A la Scala jusqu’au 2 juin 2019.
Iliade à 18h30. Durée : 1h25
Odyssée à 21h. Durée : 1h35.
Résa : 01 40 03 44 30

© Blandine Soulage

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.