Accueil > Françoise Sagan, Chroniques 1954-2003

Critiques / Théâtre

Françoise Sagan, Chroniques 1954-2003

par Corinne Denailles

Le tournoiement d’une vie

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

On ne joue plus le théâtre de Françoise Sagan, mais Sagan est elle-même l’objet de pièces de théâtre. Alors que Caroline Loeb a voulu incarner l’écrivain de Bonjour tristesse et l’a fait avec succès (Françoise par Sagan, théâtre de l’Archipel), Anne-Marie Lazarini propose une forme de spectacle opposée, un cabaret littéraire où cent morceaux de l’œuvre et de la vie se rejoignent dans un miroir brisé. Elle est partie non pas des romans, mais des Chroniques que l’écrivaine publia tout au long de sa vie dans différents journaux et dont la totalité ne fut réunie en volume qu’après sa mort, en 2004, et d’autres récits à caractère autobiographique.
La vie nocturne, la passion de la vitesse, les amitiés, les amours, le goût du luxe, la solitude, le cœur à gauche, les gloires de l’époque : c’est une riche personnalité qui explose en mille facettes, avec, pourtant, le souci de ceux qui souffrent : une militante algérienne torturée par la police française en 1960, Billie Holiday brisée par le racisme et la drogue, les infirmières à bout de force… La salle de l’Artistic est recomposée pour ménager un espace cabaret au pied des gradins aux fauteuils pourpre. Rideau, écran, estrade, tout invite à une circulation fluide des artistes parfois mis en parallèle avec les images d’actualités et divers documents sortis des tiroirs de l’Histoire. Les trois interprètes se complètent bien : Cédric Colas en frac est un prince blagueur de la nuit parisienne, Coco Felgeirolles louvoie parmi les tables comme une diseuse qui porte loin une gravité poignante, Frédérique Lazarini exprime de manière très personnelle une sorte de folie tout en sachant, soudain, faire surgir l’émotion. Au piano, Guilherme de Almeida fait vibrer la musique d’Andy Elmer dans une vaste palette de tonalités et de rythmes. Cette ronde au tournoiement doux et dur, c’est toute une vie en équilibre entre sa vérité et son mythe.

Françoise Sagan, Chroniques 1954-2003, cabaret littéraire mis en scène par Anne-Marie Lazarini assistée de Lydia Nicaud, textes additionnels et costumes de Dominique Bourde, assisté d’Isabelle Cloarec, musique d’Andy Emler interprétée par Guilherme de Almeida, scénographie et lumières de François Cabanat, avec Cédric Colas, Coco Felgeirolles, Frédérique Lazarini.
Artistic Théatre, tél. : 01 43 56 38 32. (Durée : 1 h 45).

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.