Accueil > Cabaret –Bouffe Je mange donc je suis

Critiques / Festival

Cabaret –Bouffe Je mange donc je suis

par Jean Grapin

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Zanni (un des plus anciens personnages du théâtre européen) a faim. Ses entrailles se nouent. Se nourrissant de verbes, de nourritures spirituelles il interpelle les spectateurs.

Entre voix aseptisées et voix populaires glissant des unes aux autres par le travail de masque et de démasque Emma Ryer ressuscite le personnage, et avec un sens de l’actualité et un métier étonnant lui donne le corps et le cœur de l’actrice qui est en elle.

Dans un rapport impérieux et aimant cette comédienne pointe l’absurdité du monde en dénonce les méfaits révèle l’enfant qui sommeille, fragile, réveille les désirs de succulences d’une vie qui ne veut pas fuir la mort ni la chasser mais l’accompagner dans les plaisirs de la vie. Elle donne ainsi le sens d’une révolte saine.
Ce bonheur intime de théâtre est à partager à chaque fois par une douzaine seulement de spectateurs à l’unité. La jauge est réduite.

Cabaret –Bouffe Je mange donc je suis, De et par Emma Ryer, Les ateliers d’Amphoux 18h30.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.