Accueil > Vis au long de ta vie de Michèle Albo

Critiques / Jeune Public

Vis au long de ta vie de Michèle Albo

par Gilles Costaz

Une jeune fille dans la nuit de l’Histoire

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Comment parler au théâtre de la Shoah ? Michèle Albo, auteur de Vis au long de ta vie et actrice, et le metteur en scène ont tenté une nouvelle approche, celle d’un spectacle qui allie les comédiens et les marionnettes, dans un univers plastique où s’intègrent des projections. Ils représentent ainsi la vie de Violette Jacquet-Silberstein qui, jeune fille, fut déportée à Auschwitz avec ses parents. Ceux-ci furent exterminés. Elle fut engagée dans l’orchestre du camp, dirigé par Alma Rosé, et sauva ainsi sa vie. Elle fit partie des survivants libérés par l’armée russe. Toujours vivante, elle a vu ce spectacle, dont elle est tout à fait solidaire.

C’est une pièce en flash-backs, dont les scènes sont des fragments de lumière trouant l’obscurité. Les mouvements d’un cadre en forme de mur de briques modifie l’espace à la manière d’un diaphragme. Violette se raconte, depuis l’étoile jaune imposée à Paris jusqu’à la libération du camp d’Auchwitz. La fillette qu’elle était est une marionnette. Tout le spectacle fonctionne selon cette double échelle des acteurs naturellement à taille humaine et des marionnettes de petite dimension. Cette dualité évite la brutalité du réalisme, crée une distance sans froideur, bien que la tragédie nous parvienne avec son insupportable violence. La musique a également un rôle de premier plan : elle est essentielle dans l’histoire de Violette et elle est le battement de cœur du spectacle. C’est très beau, et assurément l’une des façons les plus pertinentes de conter l’ « indicible ».

Vis au long de ta vie de Michèle Albo, musique de Bruno Girard, scénographie Catherine Dufaure, marionnettes de Cécile Moreau, costumes de Myriam Fall, projections d’images de Dominique Sierra, mise en scène de Raymond Yana, avec, comme acteurs-manipulateurs, Michèle Albo, Gaëlle Audard et Philippe Simon et, comme musiciens, Karolina Mlodecka, Nicolas Naudet, Christophe Souron.
Théâtre de l’Epée de Bois - Cartoucherie du 10 au 29 mars

Première parution de la critique : 29 juillet 2008 - Festival off d’Avignon

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.