Accueil > Revue trimestrielle "Cassandre" (Culture, Politique et Société)

Critiques / Livres, CD, DVD

Revue trimestrielle "Cassandre" (Culture, Politique et Société)

par Jacky Viallon

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Toute la dialectique, l’esprit de polémique et de controverse qui animent la revue de théâtre « Cassandre » semblerait se retrouver dans le choix astucieux de son appellation : « Cassandre ».
Si on s’attarde un peu sur son étymologie, c’est d’une part, dans la comédie italienne, un personnage représentant un vieillard toujours bafoué, on y verrait sans doute, sans vouloir tirer un rapprochement d’idées par les cheveux, une allusion à notre culture bafouée.
La deuxième étymologie fait référence au roi de Macédoine, Cassandre, qui se rendit maître de la Grèce. Ici l’assimilation est probante…
La troisième, la plus convenue, serait une allusion à l’héroïne des poèmes homériques où Cassandre, fille du roi Priam, livre de sombres prédictions mal entendues de la part des Troyens. On pourrait dire vulgairement « A bon entendeur salut » car effectivement, tout en passant par son vecteur critique et subversif la revue propose des débats aux dénouements prémonitoires qui nous aident à prendre conscience de la nécessité à redoubler de vigilance.
Vigilance quant à la sauvegarde de toute cette culture qui se devrait être projective et dynamique, mais comme le dit si bien, dans le dernier numéro, un de leurs intervenants, Bruno Boussagol, qui n’a pas le stylo dans sa poche en dégainant sans complaisance dans son article intitulé « Désolés, on ne peut pas subventionner les cris », en osant dire « … aujourd’hui, il est désormais impossible de critiquer un spectacle, j’entends par critiquer essayer de le construire pour dénoncer ou admirer l’imposture. »
L’éditorial de Nicolas Roméas dans le numéro 80 définit bien l’orientation de la revue : « Résistance et invention ». Parce qu’en fait, nous autres, les artistes, les fabricants de rêves ; les timides aventuriers de la métaphore et du travestissement de la réalité, si on ne donne pas à notre imaginaire la vocation de passeur, c’est-à-dire rebondir sur l’invention qui est la création, mise en pratique directe de la controverse et de ce fameux esprit critique qui a fait l’objet de tant de débat.
Cassandre se situe là, revue de ralliement, à la recherche de l’expérimental sans complaisance de mode ou d’obscurantisme intellectuel.
Alors, pour l’instant, dans cette urgence là, une seule action pratique et prioritaire s’offre à vous : abonnez-vous* !
La rédaction met en exergue sous le titre de Cassandre : « l’art principe actif » on pourrait récupérer la forme et dire « S’abonner principe actif »
À suivre…

* Abonnement : www.horschamp.org ou 16 rue Girardon Paris 18° tel : 01 40 35 00 98…

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.