Personne n’est parfait

Une bonne comédie familiale

Personne n'est parfait

Deux stars de la télé font-ils une pièce ????

A ma droite Corinne Touzet, recordwoman des audiences avec Une femme d’honneur, à ma gauche Jean-Luc Reichmann, présentateur vedette de jeux télévisés, l’amateur de théâtre qui est parfois suspicieux et pointilleux sur sa chapelle, met en route toutes ses balises d’autodéfenses ! Depuis quelques années les planches ont été envahies par les trublions de la télévision, Stéphane Bern était à sa place puisque Jean-Marie Chevret avait écrit une pièce sur mesure en lui faisant jouer son propre rôle, Danièle Gilbert n’ a aucune prétention, et Arthur dans Le diner de cons a prouvé à ceux qui en doutaient encore qu’on ne s’improvise pas comédien.

Première constatation le théâtre des Variétés est complet, pas le moindre petit strapontin de libre, pas le moindre fond de loge. Applaudissements nourris à l’apparition des stars, il flotte dans l’air un bon air de Au Théâtre ce soir, et cela n’est pas déplaisant du tout, bien au contraire.

Une comédie familiale

Léonard (Jean-Luc Reichmann) est conscient que pour séduire une femme, il a beaucoup d’handicaps : il est statisticien, ce qui est dans son cas presque une tare ; il élève seul sa fille en pleine crise d’adolescence et, en plus il héberge son vieux père (Bernard Dhéran) qui est insupportable. Pour se consoler des injustices de la vie Léonard écrit des romans à l’eau de rose. Son dernier manuscrit vient d’être sélectionné mais il a utilisé un pseudonyme, un nom de femme et le concours n’est ouvert qu’aux femmes. Que faire ! L’éditrice (Corinne Touzet) semble implacable quand au règlement. La valse des quiproquos est ouverte !
Cerise Guy a adapté cette pièce de Simon Williams qui est légère, et se prête aux jeux de mots, aux quiproquos, aux travestissements. Les personnages sont des stéréotypes auxquels le public s’identifie aisément, mais surtout, chaque rôle permet aux comédiens d’avoir leur moment de bravoure. La télévision est un véritable Moloch et colle des étiquettes à la super glue, Jean-Luc Reichmann était comédien avant de devenir animateur, le public l’adore et il est très craquant en Léonard. Même constatation pour Corinne Touzet qui avant d’être « Héroïnes récurrentes » fit ses premières armes sur scène, son éditrice est un peu loin de la réalité mais elle est très à l’aise dans son rôle de Pygmalion.
Quel plaisir de revoir Bernard Dhéran, sa voix tonne et il compose un père indigne des plus réjouissants. Alain Sachs a orchestré tout cela de main de maître même si le décor est un peu envahissant. Cette comédie familiale a pour objectif de faire rire et il est atteint au centuple puisque la salle n’est qu’un éclat de rire.

De Simon Williams, adapté par Cerise Guy, mise en scène de Alain Sachs, avec Corinne Touzet, Jean-Luc Reichmann, Bernard Dhéran, Delphine Rivière.

Théâtre des Variétés tél : 01 42 33 09 92 ou www.theatredesvarietes.com

A propos de l'auteur
Marie-Laure Atinault
Marie-Laure Atinault

Le début de sa vie fut compliqué ! Son vrai nom est Cosette, et son enfance ne fut pas facile ! Les Thénardier ne lui firent grâce de rien, théâtre, cinéma, musée, château. Un dur apprentissage. Une fois libérée à la majorité, elle se consacra aux...

Voir la fiche complète de l'auteur

Laisser un message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

S'inscrire à notre lettre d'information
Commentaires récents
Articles récents
Facebook