Accueil > Michel Boujenah « Les nouveaux magnifiques »

Critiques / Comédie & Humour

Michel Boujenah « Les nouveaux magnifiques »

par Jacky Viallon

ou « Et la tendresse bordel… »

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Michel Boujenah que l’on pourrait surnommer du nom de scène « l’excessif » ne fait pas dans l’économie du jeu et de son engagement d’acteur. Il dispense généreusement son pouvoir évocateur pour faire naître toute une galerie de personnages esquissés, croqués qui semblent apparaître spontanément de la scène comme s’ils se déversaient en roulades d’une corne d’abondance intarissable. Puis ils disparaissent de la scène après quelques pirouettes pour nous laisser quelques traces de leurs passages en pointillés dans notre mémoire. Ainsi va-t-on être accompagné des personnages récurrents de Maxo, Julo et Guigui faire valoir du verbe de Michel Boujenah, promeneurs et baladeurs dans le temps. Evoluant là pour donner de la véracité et quelque part une sorte de caution à notre soliste.

Il y a aussi chez Boujenah une certaine urgence à vouloir donner de la parole, du verbe, disons même de l’image…Dans son rythme effréné on le suit bien, on ne le perd pas. Même si toute cette abondance est un peu trop dense elle est régie par une logique de scène quasiment instinctive.
En effet, le déroulement du propos de base est ponctué de petites diversions sur le monde contemporain. Ces écarts, souvent pertinents et dénonciateurs ne se privent pas d’interventions directes sur le public est notamment sur quelques spectateurs ciblés pour la durée de la représentation, qui vont servir de bienheureux prétextes à notre acteur pour se rapprocher du public, l’inscrire et le motiver dans son histoire, parfois on a même l’impression de se glisser chez les Boujenah et d’y être personnellement invités à prendre le thé. Répétons-le : c’est généreux et plein de tendresse !

Ce qui est aussi remarquable c’est la manière dont Boujenah intègre l’environnement de la structure qui l’accueille directement dans son jeu fixé et ses improvisations inattendues. Quoi de plus drôle, quand il joue à Villiers-sur-marne, que de faire une description clinique du comportement d’un client moyen asservi au fléchage directif d’un grand centre commercial spécialisé dans le mobilier en kit.

Alors si vous le voyez à l’affiche près de chez vous n’hésitez pas à vous y attarder. On passe un bon moment en compagnie d’un type sain et sympathique.

Pour son calendrier consulter : www.michelboujenah.com

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.