Accueil > Macbeth ou la comédie des sorcières de William Shakespeare

Critiques / Théâtre

Macbeth ou la comédie des sorcières de William Shakespeare

par Marie-Laure Atinault

Un hallucinant voyage au centre de l’humain !

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Macbeth est la pièce de William Shakespeare qui draine une cohorte de légende, toute une mythologie étonnante. Selon une légende bien tenace en perfide Albion, prononcer le mot « Macbeth » dans un théâtre porte malheur. On parle de la pièce écossaise. Malgré sa mauvaise réputation elle a fasciné les plus grands Orson Welles, Akira Kurosawa et son Château de l’araignée, pour le cinéma. Au théâtre Sylvain Maurice, Declan Donlevan et faisons un bond dans le temps Pierre Foviau, qui nous offre une vision fascinante de l’œuvre.
Dans cette pièce écrite en 1606, Il y a ce côté sauvage d’une Angleterre avant le christianisme, où les dieux sont cruels, réclamant leur tribut de sang. Les fameuses Sorcières de Macbeth auraient jetées un mauvais sort sur Monsieur et Madame Macbeth. Elles ont jetées un charme puissant sur le travail de Pierre Foviau, celui de méduser les spectateurs, absolument captivés par ce travail original.
Macbeth est une pièce cruelle, puissant sa force dans cette tragédie qui entraîne inexorablement ses protagonistes vers la mort. L’incroyable prétention humaine qui croit être plus forte que son destin, plus fort que les Dieux ou les Sorcières, ce qui est pire. Le Macbeth de la Compagnie des Voyageurs n’est pas une énième mise en scène de cette pièce qui est fort complexe à monter. Pierre Foviau a choisit un angle parfaitement original, les sorcières. Elles deviennent le centre, le moteur de l’intrigue. Elles prennent le pouvoir en s’immisçant dans les personnages qu’elles transforment. Posséder par ces mauvais génies, le plus courageux devient lâche, le loyal devient veule. Les sorcières sont les Erinyes de la Lande. La Lande est un domaine où les repères terrestres sont perdus, c’est le règne du brouillard, des croyances primitives, des démons. Les sens des guerriers sont à vif car ils ne savent plus où ils sont. Vivent-ils un cauchemar ? Le brouillard est l’écran de leurs fantasmes les plus fous. Magie, fantasmagorie et rock ‘n roll, tel pourrait être la trinité de cette mise en scène inspirée, profondément terrienne allant dans les tunnels souterrains des sentiments refoulés des personnages. Macbeth est une tragédie qui se heurte à une première difficulté, les deux personnages principaux sont antipathiques sans rémission et le futur roi semble un guerrier un peu falot qui fonce tête baissée dans la mêlée mais qui, hors du combat n’est rien sans sa femme. Deuxième difficulté, la mauvaise réputation de la pièce. En prenant le parti des Sorcières, Pierre Foviau règle sa mise en scène comme un rituel ou le sacré et le profane se conjuguent jusqu’à la fascination. Le spectacle est comme un opéra rock, mêlant habillement musique, combats chorégraphiés, danses. Les longs manteaux nous font penser aux assassins de Sergio Léone « Il était une fois dans l’Ouest » et à « Matrix ». L’élément majeur de décor est une porte monumentale, porte du palais ou entrée des enfers ? Mais Pierre Foviau ne s’est pas attaché qu’à la forme, ce serait mal le connaître, il donne à entendre le texte, à porter le sens. Après avoir monté « Richard III ou la tragédie des hommes » en 2009 ce « Macbeth ou la comédie des Sorcières » constitue une réflexion sur l’homme et le pouvoir. Sur notre monde. La troupe sans exception est impeccable, Sorcière ou reine, sorcière ou Macbeth, Sorcière ou Hécate ils sont tous formidables, quel sabbat. Ce spectacle est un moment hallucinant, sauvage et beau.

MACBETH OU LA COMÉDIE DES SORCIÈRES ,
De William Shakespeare
Adaptation, mise en scène et scénographie de Pierre Foviau, assisté de Béatrice Doyen.
Avec Bruno Buffoli, Céline Dupuis, Isabelle Jonniaux, Arnaud Lefin, Damien Olivier, Patrick Pekmezian, Nicolas Postillon, Chloé André, Coline Dubrunfaut-Munoz.
Représentations au Zeppelin Saint-André-Lez-Lille 03 62 65 82 01.
Mercredi 12 juin, jeudi 13 juin et vendredi 14 juin à 20H.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.