Accueil > Les Festivals de l’été

Actualités / Festival / Théâtre

Les Festivals de l’été

par Dominique Darzacq

Pluriels et singuliers

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Si le festival d’Avignon pour le théâtre, d’Aix pour l’art lyrique, de Montpellier pour la danse sont les rois de l’été, il n’en reste pas moins que toute une pléiade de manifestations festivalières émaille notre hexagone. Si certaines , telles la rose, ne vivent que l’espace d’un été, d’autres au projet artistique fort et le plus souvent soutenues par des collectivités locales conscientes que la culture peut être un important facteur économique pour une ville ou une région se sont ancrées dans notre paysage culturel et sont, par la qualité de leurs propositions, devenues incontournables.

Festival de Marseille
Parce que pour lui, « Marseille et le monde ne font qu’un. Le monde se trouve dans cette ville, cette ville est le monde », Jan Goosens, directeur du Festival de Marseille, a conçu « un programme-monde » qui réunit le haut de gamme de la chorégraphie nationale et internationale. Aux côtés de Jérôme Bel et de Georges Appaix s’y croiseront notamment, le sud-africain Brett Bailey, le libanais Rabih Mroué, le brésilien Bruno Baltrào, le belgo-burkinabé Serge Aimé Koulibaly, la marocaine Bouchra Ouizguen qui nourrit son travail des questions de société.
Si la danse est le cœur battant du festival, il n’en fait pas moins place à la musique et au théâtre et braque ses projecteurs sur la ville. En effet, à partir de la question : « qui sont vraiment les marseillais ? », le collectif berlinois Rimini Protokoll, figure majeure du théâtre documentaire, met une centaine d’habitants de la ville sur la scène du Théâtre de la Criée pour esquisser un portrait inattendu et ludique de la cité phocéenne. Pour sa part, Julien Gosselin, jeune loup de la création française et amateur de spectacles au long cours, avec 1993 propose en toute complicité avec l’auteur Aurélien Bellanger une traversée des mythologies contemporaines de l’Europe.
Festival de Marseille du 15 juin - 9 juillet tel 04 91 99 02 50 info festivaldemarseille.com

Les Fêtes nocturnes de Grignan
Démarrant dès le premier jour de l’été, Les nuits de Grignan font de la somptueuse façade de son château la caisse de résonnance de la poésie dramatique, cette année un Lorenzaccio qui mêle le théâtre et la danse. Une création hybride et audacieuse qui rassemble autour du drame romantique de Musset, Marie-Claude Pietragalla, Daniel Mesguich et le danseur comédien, Julien Derouault dans le rôle-titre. Il s’agit, nous disent les protagonistes, « de faire danser le théâtre, théâtraliser le mouvement, de chercher un sens à travers les corps et les mots » dans une scénographie en 3D confiée au designer vidéaste Gaël Perrin
Les fêtes nocturnes de Grignan 21 juin -19 août www.château-ladrome.fr

Festival au Village
Brioux- sur-Boutonne, dans les Deux Sèvres, est un petit village qui chaque été depuis 1989 organise ce qui est devenu sous la houlette du poétique comédien-musicien, Jean-Pierre Bodin un grand festival pluridisciplinaire fréquenté par la fine fleur artistique. Au fil des saisons, de Johann Le Guillerm à la Grande Giovanna Marini, en passant par Jacques Bonnafé, Yannik Jaulin, Jean-Louis Hourdin, François Châttot, ils sont nombreux à avoir fait le détour par Brioux- sur-Boutonne, accueillis comme aux temps pionniers chez l’habitant et contribué à la renommée d’une manifestation haut de gamme qui s’éclate en tout convivialité sur le champ de foire, les cours, les granges, les jardins du village.
Au programme de cette année du cirque, avec la Compagnie Le bal (La Fresque et la poème), La Cie Bivouac ( A corps perdu ) et en amont du Festival de Chalon, la Compagnie attention fragile avec Le nouveau monde . A noter au chapitre du théâtre, La vieille qui lançait des couteaux » par la Cie Amaranta, Bovary, les films sont plus harmonieux que la vie de la Cie Barbès 35 et surtout le Théâtre de l’Unité qui avec Vania à la campagne , fait prendre l’air à Tchekhov, l’extrait de son cadre intimiste , pose Vania dans le décor grandeur nature d’un domaine agricole et nous donne à voir et à entendre la pièce autrement sans rien lui ôter de sa dimension universelle.
C’est en chansons que se termineront les festivités villageoises avec une copieuse et alléchante affiche où se croisent notamment : Enzo Enzo, François Morel, Agnès Bihl, Emma la Clown, Anne Sylvestre.
Festival au Village (7 -15 juillet) tel 05 49 07 69 90


Festival d’Alba la Romaine
Petite ville médiévale au sud de l’Ardèche, à quelques encablures de Montélimar et Aubenas, Alba la romaine possède un théâtre antique traversé d’un cours d’eau et dont la réhabilitation fut inaugurée par Denis Llorca avec une magnifique épopée du Graal. Il est aujourd’hui le haut lieu d’un festival « dont le personnage principal est le cirque ». « Il y a neuf ans, lorsque les tutelles nous ont confié le festival d’Alba, nous avons imaginé un site métamorphosé en immense jardin public, une déambulation au cœur d’un patrimoine où se télescopent jeux circassiens et public », explique Alain Reynaud, directeur du Festival et cofondateur de la Compagnie Des Nouveaux nez. Il va donc de soi de retrouver à Alba la très fameuse Madame Françoise qui pour cette édition et en toute hilarité voit rouge !
L’ensemble du programme qui se plait à mélanger jeunes pousses et vieilles branches artistiques, propose une quinzaine de spectacles à voir de 10h à 22h, ponctués de « flâneries » et de « siestes musicales » avec les jeunes talents du Quatuor Debussy.
Tout commencera au Théâtre antique , cirque à ciel ouvert, avec La Grande suite , une mise en piste in situ et éphémère du maître des lieux, autour du monde imaginaire et des rêves des dix-sept jeunes artistes circassiens de la 27ème promotion du Centre national des arts du cirque
Festival d’Alba La Romaine (11- 16 juillet) www.lefestivaldalba.org

Festival de Sarlat
A peu près du même âge que le Festival d’Avignon, Les Jeux du Théâtre ont pour habitude de mettre leurs tréteaux en plein air, de faire de la Ville une vaste scène où sous les auspices de son directeur Jean-Paul Tribout se croisent les classiques et les contemporains, les spectacles poétiques et musicaux.
Au menu de cet été pas moins de dix-huit spectacles. Labiche (L’Affaire de la rue de Lourcine) côtoie Jean-Loup Horwitz (Adolf Cohen), Jean-Jacques Abel Greneau (Afrika Mandela). Tandis que le héros de la comédie ballet de Molière et Lully, Monsieur de Pourceaugnac vivra l’enfer des intrigues menées contre lui Place de la Liberté, au jardin des Enfeus, Jean-Luc Annaix, avec la comédie musicale Le Melon qui , use de marionnettes et de la fantaisie pour évoquer la montée des extrémismes. Pour sa part, outre la lecture du journal anonyme Une femme à Berlin Jean-Paul Tribout propose la pièce d’Edouard Bourdet, Vient de paraître spectacle qui valut à l’excellent comédien qu’est Jean-Paul Bordes une nomination aux derniers Molières.
Au titre des classiques : Le Cid de Corneille mis en scène par Dominique Serron et à ne pas manquer Racine ou la leçon de Phèdre spectacle conçu et réalisé par Anne Delbée qui a exploré Racine dans tous les recoins de ses strophes et a imaginé un fascinant et audacieux spectacle qui tient tout autant de la performance que de la leçon d’interprétation.
Les jeux du Théâtre de Sarlat 20 juillet – 5 août www.festival-theatre-sarlat.com


MIMOS à Périgueux
Créé en 1983 en hommage au mime Marceau, Mimos chaque été fait de cette capitale du foie gras et de la truffe qu’est Périgueux, celle des arts du mime et du geste auxquels elle livre sans barguigner ses rues, ses jardins, ses places et autres lieux ouverts ou fermés.
Funambules et autres équilibristes y sont à l’honneur pour cette 35ème édition., car : « La verticalité est l’une des premières grandes aventures humaines ; l’enfant que nous avons tous été, n’a de cesse de jouer avec la gravité, d’appréhender l’espace, de tenter d’aller de l’avant, d’oser… ». Equilibre/Déséquilibre est le fil rouge d’un riche programme décliné en 25 spectacles dont 10 venus de tous les coins de la planète, créés par des artistes attentifs au monde qui les entoure et dont certains choisissent le burlesque pour aborder quelques-uns des problèmes posés par notre société en perpétuelle mutation. C’est, venu de Grande Bretagne le Vamos Théâtre qui explore « le fossé entre nouvelles et anciennes générations dans l’Angleterre des sixties » (The Best thing) , ainsi que la troupe espagnole Maduixa qui dans un surprenant ballet sur échasses, rend hommage aux combats des femmes d’hier et d’aujourd’hui.(Mulïer). Pour sa part, venu des Etats-Unis, The Ricochet Project s’emploie à bousculer le mythe de l’american dream, aux apparences désormais si… « trumpeuses » (Smoke and Mirrors) tandis que les cambodgiens du Phare Ponleu Selpak « nous incitent à vaincre nos peurs et à faire bloc ensemble » (Chills).
Parmi les rencontres interdisciplinaires qu’aiment à susciter MIMOS celle de l’exigeant Chorégraphe Josef Nadj et de l’immense et iconoclaste contrebassiste Joëlle Léandre sera un des moments savoureusement jubilatoire de ce Festival (Penzum 25 et 26 juillet)
MIMOS 24 – 29 juillet tel 05 53 53 18 71 www.mimos.fr

Les Estivales de Bussang
Scène mythique enchâssée au cœur des Vosges, avec son théâtre-châlet qui inscrit à son fronton « L’Art pour l’Humanité », le Théâtre du Peuple et ses estivales méritent le détour aussi bien pour la majesté de son site que pour les utopies à l’œuvre dans ses activités. Vincent Goethals qui le dirige depuis 2012 et dont le mandat vient à expiration, a imaginé pour sa dernière année un programme-retrouvailles notamment avec les comédiens chanteurs de « l’Opéra de quat’sous » programmé en 2015 et que cette fois ci il réunit autour de Feydeau et d’Offenbach. C’est donc avec La Dame de chez Maxim…ou presque ! qui comme le veut la tradition réunira professionnels et amateurs, que s’ouvrira le fond de scène sur la forêt vosgienne. Retrouvailles aussi pendant tout un week-end avec les auteurs qui ont fait les beaux soirs du Théâtre du Peuple, parmi ceux-ci Laurent Gaudé, Stanislas Cotton, Carole Frechette.
Les Estivales Théâtre du Peuple 03 29 01 02 47 info theatredupeuple.com

La Mousson d’été à Pont-à-Mousson
Parmi les dernières manifestations estivales, La Mousson d’été, fondée et dirigée par Michel Didym, annonce la rentrée et nous met l’eau à la bouche en nous faisant entendre des textes encore inédits et que nous retrouverons plus tard aux détours de nos soirées théâtrales. Pendant six jours en Lorraine, dans cette magnifique Abbaye des Prémontrés propice à l’écoute, auteurs, metteurs en scène, comédiens, public se rencontrent autour du théâtre tel qu’il s’écrit ici, ailleurs et maintenant. Aux Prémontrés « c’est d’abord par les mots et la langue, autrement dit en amont que se prend le théâtre, bien avant les décors, les costumes et les effets de mises en scène. Juste quelques acteurs et le dessin théâtral contenu dans l’écriture se dévoile, l’imaginaire prend forme et le miracle commence ». Parmi les auteurs attendus pour cette édition : les allemands Rebeka Kricheldorf, Roland Schimmelpfennig, les espagnoles Maria Valesco, Lola Blasco, le russe Ivan Viripaev. Parmi les français se feront notamment entendre Philippe Minyana et Christophe Pellet.
La Mousson d’été 24-30 août, tel 03 83 81 20 22 www.meec.org

Photos"100% Marseille"/Rimini Protokoll © William Beaucardet – Théâtre antique d’Alba la Romaine © Matthieu Dupont – MIMOS ":Mulïer/" Cie Maduixa © Juan Gabriel Sanz

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.