Accueil > Le coup de la cigogne

Critiques / Comédie & Humour / Théâtre

Le coup de la cigogne

par Marie-Laure Atinault

Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

On connaissait le coup du Père François, le coup de Jarnac mais pas encore celui de la cigogne. Cet échassier serait-il perfide ?

Jacques Germont vit une journée historique, à mettre au rang des : « Ah si j’avais su je ne me serai pas levé » ou des « pourquoi ai-je mérité cela ? ». Jacques a cinquante-cinq ans, une tare dans le monde du travail, mais il est dynamique et très productif. Il a mis au point un logiciel révolutionnaire. Mais voilà, Jacques a un sale caractère et ce matin, il a traité de petit con un jeune blanc-bec. Hélas pour lui, le blanc-bec est susceptible et il l’a flanqué à la porte car il est le nouveau directeur. Il est furieux. De plus, sa délicieuse épouse a une grande nouvelle à lui annoncer. Une nouvelle qui ne va pas lui faire plaisir. Pas plaisir du tout !

La pièce de Jean-Claude Islert répond parfaitement au proverbe « Le malheur des uns fait le bonheur des autres ». Ce pauvre Jacques, avec son sale caractère, sa mauvaise foi proverbiale et sa grande gueule, est malmené par un sort contraire qui nous fait rire aux éclats. Le rôle semble taillé sur mesure pour Jean-Marie Bigard. Nous voyons des lecteurs sceptiques qui plissent le nez et disent d’emblée « ah mais Jean-Marie Bigard, nous n’aimons pas ses sketchs et on ne l’aime pas ! » Stop ! Ne restez pas sur de fausses impressions et allez découvrir un comédien, inventif, généreux, qui sait partager le plateau. Car Jean-Marie Bigard est épatant dans le rôle de ce gros bébé boudeur qui se heurte à des résistances inattendues. Le coup de la cigogne est une bonne comédie car les différents rôles sont tous bien définis. Elisa Servier dans le rôle de la femme est la vraie dompteuse de ce macho des cavernes. Jean-Claude Islert aborde avec le rôle de Claire, un vrai fait de société, celui des mères qui ont passé la quarantaine et des problèmes que cela peut susciter tant sur le plan médical que sur l’impact de la société. Autre fait de ce monde, alors que l’âge de la retraite est repoussé, la place du cinquantenaire dans une entreprise est problématique. De nos jours, l’expérience et la maturité dans nos sociétés de consommation imbéciles ne sont plus des valeurs fortes. Le jeune confrère de Jacques est un jeune loup aux dents acérées qui tuerait père et mère pour réussir. Mais comme les autres il est victime de son temps et les scènes de franglais et du téléphone portable sont irrésistibles.

Une belle distribution et des répliques qui sont ponctuées par des fous rires. Nous aimons beaucoup cette cigogne qui claquette et craquette d’aise.

Le coup de la cigogne , de Jean-Claude Islert, mise en scène de Jean-Luc Moreau, avec Jean-Marie Bigard, Elisa Servier, Lamine Lezghad, Lola Marois, Ariane Mourier

Théâtre Saint-Georges Tél : 01 48 78 63 47
www.théâtre-saint-georges.com

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.