Accueil > Le Traceur de Lignes

Critiques / Festival

Le Traceur de Lignes

par Marie-Laure Atinault

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Coup de coeur

Décidément, le théâtre Les Ateliers d’Amphoux nous réserve bien des surprises, des coups de cœur, des coups d’émois. Nos amis belges arrivent avec un théâtre qui est à découvrir, et on s’étonnera quand en dehors du Festival d’Avignon, les frontières de l’Europe semblent aussi hermétiques aux déplacements des œuvres théâtrales. Le Traceur de lignes, d’après le roman de Jacques Nicolas est un véritable coup de cœur : la découverte d’un comédien, Florian Kiriluk qui porte à bout de bras ce texte hypnotique, hallucinant. Le texte nous emmène au bout de la nuit, des méandres psychologiques d’un personnage en errance de lui- même.

Le personnage Albert Soureuil, un instituteur, est en rupture avec tout. Dans sa tête s’opère un chaos, sa femme, son fils, son métier, son cadre social. Il s’enfuit de son quotidien, fugitif de lui- même, erre dans Paris. Un Rimbaud des temps modernes. Il erre dans un Paris obscur, sombre, se rendant malade, véhiculant des images où se chevauchent souvenirs d’enfance, soûlographie à jeûn et errance intellectuelle. Albert est un insatisfait, un incompris. Peut- être que le germe de son mal actuel vient du jour où sa mère lui faisait prendre son bain hebdomadaire dans une grande baignoire en zinc. Ce jour où son père entreposait les grenouilles vouées à une mort certaine, il se sentait un peu la grenouille prête au dépeçage. Albert a pris le train pour quitter tout ça. Il veut suivre son chemin. Il veut tracer sa ligne. Il veut tracer sa ligne de vie où sa femme sera aimante, admirative. Où il ne sera pas un petit instituteur mais un poète maudit, qui s’embarquera sur "le bateau ivre" de ses pensées. Il veut tracer sa ligne de fuite.

Un comédien, une table, deux chaises

Cela suffit amplement à nous entraîner dans un univers où Florian Kiriluk en pyjama et en imperméable, interprète ce renégat de la vie, hallucinant. Il nous entraîne par son jeu hypnotique, très physique. Le final cloue le public qui est captivé devant tant de talents conjugués.

Mise en Scène : Franck Danger. Avec Florian Kiriluk.
Au Théâtre Les Ateliers d’Amphoux, tous les jours à 14h jusqu’au 28 Juillet. Réservations au 04 90 86 17 12

www.avignonfestivaletcompagnies.com

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.