Accueil > Le Projet RW, d’après Robert Walser

Critiques / Théâtre

Le Projet RW, d’après Robert Walser

par Jean Chollet

Belle flânerie sensible et féérique

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un matin au réveil, un modeste poète seul et ignoré sort de chez lui pour une ballade entre ville et campagne. “ Le monde matinal qui s’ouvrait devant moi me paraissait aussi beau que si je l’eusse découvert pour la première fois.”. C’est avec ce sentiment qu’il s’engage dans une succession de rencontres et de découvertes, les sens en éveil, pour développer ses pensées et ses réflexions. Sur son chemin, il croise une banquière, un libraire, une chanteuse, une hôtesse gastronome et envahissante, ou encore un tailleur suffisant et un préposé de la poste. Dans chacune de ces situations, le promeneur solitaire trouve matière à stimuler le cheminement de ses perceptions et analyses, et parfois de ses indignations face à “ la vantardise et l’épate ” ou la pollution automobile. C’est davantage dans une relation sensorielle avec la richesse et la beauté de la nature qu’il se forge de nouveaux acquis. Non seulement pour nourrir son écriture, mais pour construire sa vie et son intégration au monde qui l’entoure en conservant sa liberté.

Le Projet RW d'après Robert Walser

Ce texte en forme de journal a été écrit en 1917 par l’écrivain suisse Robert Walser (1878 – 1956) à la suite de ses deux premiers romans, Les Enfants Tanner et L’Institut Benjamenta qui l’ont rendu célèbre. Sous le titre “ Der Spaziergang” (La Promenade), une invitation à le suivre dans ce singulier et attachant voyage, introduit par une description fine de situations banales, teintée d’une douce ironie et d’une étrange mélancolie. A partir d’une adaptation de Evelyne Loew, le collectif Quatre Ailes, adepte depuis sa création en 2002 d’un théâtre associant différents genres artistiques, entraine le spectateur dans une traversée poétique et ludique ouvrant sur l’imaginaire, en mariant une fine articulation du réel et de l’onirique. Dans la mise en scène et la scénographie ouverte de Michaël Dusautoy, les étapes
du poète-marcheur, interprété avec brio par le comédien-acrobate Damien Saugeon, sont enchaînées avec une belle fluidité. Entouré de ses trois très bonnes partenaires, interprétant plusieurs rôles, il trouve une expression complémentaire significative dans ses jeux circassiens et son rapport aux meubles et aux objets. Avec les ponctuations musicales de S Petit Nico, le spectacle trouve une dimension féérique dans les compositions vidéo et animations d’Annabelle Brunet, nourries d’une imagerie populaire helvétique joyeusement évocatrice, sous les ombres et lumières de Anne-Marie Guerrero. Dans l’association et la fusion de ces composants, cette création offre une sensibilisation adaptée et réjouissante à l’œuvre de Walser. Une belle “promenade ”dont il ne faut pas se priver.

© Franck Raymond

Le Projet RW d’après La Promenade de Robert Walser, création du collectif Quatre Ailes, adaptation Evelyne Loew, mise en scène et scénographie Michaël Dusautoy, avec Marine Bragard, Claire Corlier, Matthieu Fayette, Damien Saugeaon. Vidéo et animation Annabelle Brunet, lumière Anne-Marie Guerrero, costumes Marine Bragard, création musicale S Petit Nico. Durée : 1 heure. Scène Watteau, Nogent-sur-Marne jusqu’au 16 février 2013, puis en tournée en France

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.