Accueil > Le Grand Bleu à Lille

Actualités / Actu

Le Grand Bleu à Lille

par Michel Strulovici

Les enfants ont la parole

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Sur le plateau du Grand Bleu, l’établissement culturel pour la jeunesse de Lille, deux compositeurs, Tony Melvil et Usmar, se répondent en chantant et se volent la vedette par violon ou synthétiseur interposés. Autour d’eux, un chœur, une foule de 170 enfants dirigée par une dizaine d’étudiants de l’Ecole supérieure de Musique et Danse de Lille (ESMD). En fond de scène, un orchestre d’une quarantaine de musiciens avec sa chef, l’ Orchestre d’Harmonie de Lille -Fives.
Dans un joyeux tumulte organisé se mène une répétition générale. Celle d’un délicieux concert spectacle pour enfants : Quand je serai petit. Ce qui se met ici en place en est une version « augmentée ». Car cette aventure à deux musiciens, déjà 200 représentations au compteur dans toute la France, est en train de se transformer en une véritable grande fête finale. Gregory Vandaële, le directeur du Grand Bleu a voulu faire de la fin de cette tourné une apothéose. Maitre d’oeuvre il a imaginé l’opération avec les deux musiciens chanteurs, artistes associés de l’établissement.

La démarche de cette mutation créatrice, ses étapes, sont caractéristiques de la manière de faire de Grégory Vandaële. Son enjeu véritable pourrait se définir ainsi : comment partager un projet culturel et artistique avec les créateurs associés (ils sont quatre au Grand Bleu), les réseaux (enseignants, institutions, familles), les enfants des écoles primaires, et les adolescents ? Comment mettre tout ce monde en mouvement d’un même pas, évidemment chaloupé ?

Démonstration


« Il y a un an et demi nous avons décidé avec les deux artistes de finir en beauté leur conte musical à succès ». Pour imaginer et réussir le projet, Le Grand Bleu devait rassembler les compétences des professionnels et des amateurs. « Dans ce théâtre de la Cité destiné aux nouvelles générations, de la petite enfance jusqu’à l’adulte naissant, jeunes, parents, éducateurs, créateurs nous formons une famille. »
« Nous avons sollicité, au départ de cette opération, nos partenaires culturels dans les cinq départements de la Région. Et avec eux nous avons inventé un parcours autour du projet. Mon ambition était d’inscrire un orchestre dans cette représentation. Et l’Harmonie de Lille-Fives a répondu présent. Il nous fallait donc une transcription de la partition. Ce fut le travail de Pierre Maresco. »
Des étudiants de l’ESMD en musique actuelle et en direction de choeur ont intégré le groupe. Ils ont adapté la partition qu’ils ont travaillée pendant un trimestre avec les enfants de huit écoles primaires de la région. Au cours de trois séances de répétition, les enfants ont travaillé plusieurs chansons du spectacle. Puis, ils ont présenté leur partition dans leur ville. La représentation finale du spectacle se tiendra au Théâtre Sébastopol. Le plaisir évident de tous les participants présage du succès de cette opération passionnante. Le Grand Bleu « organise chaque année deux ou trois opérations de création participative de cette ampleur » se félicite Grégory Vandaële. « Nous avons la saison passée, proposée une création avec la compagnie HVDZ de Guy Alloucherie et 50 adolescents, un spectacle dont le thème était : la jeunesse d’aujourd’hui peut-elle réinventer le vivre ensemble. Comment ? »
Pour concrétiser de tels projets, cet établissement culturel mobilise plus de 75 écoles par an, des centaines de participants à des parcours de spectateurs ; jeunes et adolescents participent aussi à des « labos de création artistique » hebdomadaires animés par une dizaine d’artistes.
Puis, le jour venu, la dégustation de ces plats longuement mijotés se fait en famille. « Souvent les artistes s’inspirent de leur enfance pour créer. Nous voulons que les enfants et les adolescents d’aujourd’hui écrivent par eux-mêmes et nous racontent leur présent. Nous entendons trop peu leur parole » explique Gregory Vandaële. « Le temps de l’enfant et de l’adolescent n’est pas le temps professionnel. Ces projets demandent un long travail pour aboutir. Les enseignants de l’Éducation nationale et ceux des écoles de musique, les travailleurs sociaux jouent un rôle essentiel. Ils sont la plaque tournante de la réalisation de nos inventions créatrices. »
En quelques années, cette ruche consacrée à « l’Art, l’Enfance et la Jeunesse » est devenue un outil essentiel au service des jeunes de six à dix-huit ans pour favoriser leur accès au spectacle vivant et au monde de la culture. « Dans cette époque où les populismes grandissent, une telle rencontre est d’importance » souligne Grégory Vandaele. 25.000 spectateurs l’année dernière et plusieurs centaines de jeunes participants plébiscitent ce propos.

Quand je serai petit, le 21 décembre au Théâtre Sébastopol de Lille.
A l’ombre d’un nuage, peinture collective à partir de deux ans avec la Compagnie en attendant,du 17 au 21 décembre. Le Grand Bleu
L’enfant océan, avec la Compagnie Asanisimasa, du 28 janvier au1er février au Grand Bleu
Block, création de paysages sonores, dès trois ans, Compagnie la Boite à sel, du 13 au 16 février, Le Grand Bleu
© Simon Gosselin

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.