Accueil > La Trafiquante d’après Valérie Rouzeau, Carl Norac, Jacques Roubaud, Francesco (...)

Critiques / Jeune Public

La Trafiquante d’après Valérie Rouzeau, Carl Norac, Jacques Roubaud, Francesco Pittau, Leslie Kaplan

par Gilles Costaz

Une femme et son double

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Bérangère Vantusso change le ton du spectacle pour enfants. Les poètes qu’elle a choisis n’écrivent pas tous dans la clarté. Ils projettent des couleurs, des histoires, des sentiments, des associations de mots et de sensations. Le titre donne le ton, surtout si on le retrouve dans l’intégralité de la première strophe du poème de Valérie Rouzeau où il figure : « Voici d’iliade longtemps j’étais petite enfant / Et je touchais à tout. Alors la trafiquante mon père me baptisa / Ou plutôt me rappela. » Mais le spectacle repose autant sur les illustrations que sur les textes. Elles en sont aussi la matière. La « trafiquante », en scène, commence par découper une forme de chat dans du papier noir et elle jouera avec les formes comme avec les mots. Devant un décor de papiers suspendus, elle a des boîtes et des valises. Elle « y a des trucs qu’elle ouvre parfois devant tout le monde », dit le metteur en scène.
Lara Bruhl, qui est naturellement une grande interprète des poètes (Genet, Schéhadé), est cette trafiquante. Actrice féline, à la voix aux timbres graves et caressants, elle se promène dans ce monde étrange avec l’aisance d’une Alice de Lewis Carroll. Bérangère Vantusso lui a composé un double, une marionnette qui lui ressemble (grands yeux, cheveux noirs coupés à la garçonne) et dont elle fait, de façon mystérieuse et poignante, un sosie, un enfant et un animal humain. Le spectacle est conseillé à partir de 6 ans. L’enfant ne comprendra pas tout mais, comme tout spectateur, il entrera, surpris et subjugué, dans des dimensions qui n’appartiennent qu’à la poésie.

La Trafiquante conçu à partir des poèmes de Valérie Rouzeau, Carl Norac, Jacques Roubaud, Francesco Pittau, Leslie Kaplan et des illustrations de Stéphane Poulin, Lionel Le Neouanic, Kitty Crowther, Dominique Maes et Bernadette Gervais, mise en scène de Bérangère Vantusso, avec Lara Bruhl. Maison de la Poésie, Paris, tél. : 01 44 54 53 00. (1 h). du 2 au 15 février 2009 et du 4 au 15 mars : mercredi à 14 h 30, samedi et dimanche à 15 h du 16 février au 1er mars 2009 : lundi, mercredi, jeudi 14 h 30, samedi et dimanche à 15 h.
En même temps, exposition « Papa, Maman, j’ai rencontré un poète vivant ! »

crédits photo : Béatrice Logeais

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.