Accueil > Jiri Kylian à l’Institut de France

Actualités / Danse

Jiri Kylian à l’Institut de France

par Yves Bourgade

La danse acquiert définitivement "droit de cité"

Partager l'article :

Serge Lifar en a seulement rêvé, Maurice Béjart fut le premier danseur et chorégraphe à revêtir l’habit vert d’Académicien et Jiri Kylián le second.
Lors de l’installation officielle de ce dernier, danseur et chorégraphe d’origine tchèque, comme membre de la section « Associés étrangers » de l’Académie des Beaux-Arts, sous la coupole de l’Institut de France à Paris, le 13 mars 2019, était annoncée l’ouverture à candidatures pour quatre postes de la nouvelle et neuvième section baptisée « Chorégraphie » créée au sein de la compagnie (1).
Une « anomalie est ainsi réparée » a affirmé lors de cette cérémonie le compositeur Laurent Petitgirard, Secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts, qui a œuvré pour combler cette lacune (2).

Jiri Kylián, dans son discours de réception, outre ses remerciements et un court éloge de son prédécesseur le peintre italien Leonardo Cremonini, devait se montrer « particulièrement heureux » de cette création, car, pour lui, elle signifie que « notre plus ancienne forme d’art, l’art de la danse » est « enfin acceptée comme membre à part entière de notre famille artistique ».
Après que, dans son discours d’accueil , Hugues Gall, ancien directeur des Opéras de Paris et de Genève eut rappelé que les ballets du chorégraphe tchèque « vivent dans les meilleures compagnies du monde » et qu’il a créé avec le Nederlands Dans Theater (NDT) « une structure unique au monde tridimensionnelle », Jiri Kylián a souhaité également dire « quelques mots de l’art de la danse » et sa conviction : « La vie est mouvement, le mouvement est la danse, la danse est la vie. Elle est la forme d’art la plus fugitive et la plus vulnérable, car elle vit et meurt au moment même de sa création. Mais elle est aussi la compagne la plus fidèle de notre vie. Nous dansons bon an mal an, de l’instant de notre naissance à celui de notre mort. (…)La danse est le langage du corps. Elle révèle l’état de notre corps, notre état d’esprit et elle est certainement le mode de communication le plus personnel ».
De son côté, le public venu nombreux sous la coupole pour applaudir à l’installation de Jiri Kylián, adhérait à l’analyse en ces termes de l’art de ce chorégraphe par Hugues Gall : « Les thèmes de la vérité et du mensonge, de la clarté et de l’ombre, du masque et de la nudité, des tourments de l’âme et du corps parcourent votre œuvre en de multiples variations : l’amour de l’autre, des autres y affleure souvent et la sensualité toujours discrète mais bien là. »

1) Il y a désormais neuf sections à l’Académie des Beaux-Arts (Peinture, Sculpture, Architecture, Gravure, Composition musicale, Membres libres, Créations artistiques dans le Cinéma et l’Audiovisuel, Photographie et Chorégraphie), sections auxquelles s’ajoute le groupe des « Associés étrangers », statutairement au nombre de 16 et élus parmi des artistes et des personnalités étrangères contribuant par leur action à promouvoir la création artistique dans le monde. »

2 La date limite de dépôt de candidatures au 23 quai Conti 7506 Paris , Académie des Beaux-Arts, pour les quatre fauteuils de la nouvelle section Chorégraphie, est le 27 mars 2019 et l’élection se déroulera le 24 avril 2019.

Photo : Jiri Kyliàn et Sabine Kupferberg. ©Jan Bos

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.