Accueil > Intégrale de l’œuvre d’orgue de Jean Sébastien Bach par Bernard (...)

Critiques / Livres, CD, DVD

Intégrale de l’œuvre d’orgue de Jean Sébastien Bach par Bernard Foccroulle

par Caroline Alexander

Complétée, peaufinée, une réédition d’anthologie par l’un des meilleurs organistes de notre temps

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

En 1998, l’édition de l’intégrale de l’œuvre d’orgue de Jean-Sébastien Bach par Bernard Foccroulle fut saluée comme un événement : non pas à cause de l’édition en elle-même, d’autres enregistrements l’avaient précédée – par Marie-Claire Alain notamment – mais celle-ci, pilotée par la firme belge Ricercar était le fruit d’un véritable travail d’archéologie dans la recherche des instruments et la réflexion sur l’évolution du répertoire. Un travail initié en 1982 qui exigea quinze années de très patient travail à la fois d’orfèvre et d’horlogerie. Avec un double enjeu : être le plus complet et le plus authentique possible, rassembler toutes les œuvres connues, leur rendre leurs sonorités d’origine.

Aux claviers, Bernard Foccroulle qui à l’époque du démarrage n’était pas encore le patron de la Monnaie, la maison d’opéra de Bruxelles qu’il allait diriger durant 15 ans, de 1992 à 2007, avant de prendre les commandes du Festival d’Aix en Provence. Organiste de formation et même, pourrait-on dire, de vocation, Foccroulle en complicité avec Jérôme Lejeune, musicologue et initiateur du label Ricercar, se mit à la recherche des orgues se rapprochant le plus de ceux qui avaient servi à créé les œuvres.

Ce fut pour les deux hommes un long voyage dans le temps, l’espace et la politique : de 1982 à 1997, une période que n’épargnèrent ni les guerres ni les massacres, un moment clé de l’histoire de l’Allemagne qui, après la chute du mur de Berlin en 1989 cessa d’être composée de deux pays, RDA et RFA, deux visions du monde à priori incompatibles. L’Allemagne du Nord, la Thuringe, la Saxe, mais aussi la Hollande, la Suisse et la Belgique : toutes les églises et leurs orgues restaurées furent visitées, sollicitées, retenues ou pas… Et la musique que Bach leur destinait, auscultée, revisitée de A à Z, de la période dite de Weimar à celle de Leipzig, ses préludes et chorals de jeunesse, son « Petit Livre d’Orgue » pour débutants ou supposés tels, ses préludes et fugues de maturité, ses toccatas, fantaisies ou autres sonates…

Les 18 CD de la première version peuvent s’entendre maintenant sur 16 CD dans l’édition 2009 qui vient de paraître, un travail de compression qui affine, clarifie et même s’enrichit d’une fantaisie sur le choral « Wo Gott der Herr nicht bei uns hält » BWV 1128, œuvre redécouverte en 2008 au cours d’une vente publique, composée par un Bach à peine âgé de 16 ans et visiblement encore sous l’empreinte de son maître Georg Böhm (CD III, 13ème morceau). Autre changement : le réenregistrement de quelques morceaux d’abord captés à Amsterdam - sur un orgue que Bernard Foccroulle considérait comme mal accordé – puis repris à Groningen, en Hollande en 2008 (CD XII, de 9 à 15).

Bernard Foccroulle se promène dans Bach comme s’il était chez lui : il semble y puiser une familiarité qui le rend libre et léger. « Bach concevait sa musique non comme un langage mais comme un art reflétant la perfection de la création », dit-il. Une quête de la transcendance qui probablement est aussi la sienne.

Intégrale de l’œuvre d’orgue de J.S. Bach par Bernard Foccroulle, un coffret de 16 CD.
Ricercar, 50 €

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.