Accueil > Indigne de et avec Didier Bénureau

Critiques / Comédie & Humour

Indigne de et avec Didier Bénureau

par Gilles Costaz

L’impolitesse du désespoir

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans un scintillant cône de lumière, Didier Bénureau se déhanche tel un danseur oriental. C’est la première seconde de son nouveau spectacle, Indigne. C’est le premier coup de pied au show-biz, comme sa fameuse chanson Moralès, telle qu’il la chante (mais il ne la chante plus, sauf si on la réclame aux saluts), est un coup de sabot à toutes les littératures édifiantes. Bénureau, c’est un casseur de façades, un pourfendeur de mensonges, un fracasseur de langues de bois, un désaccordeur de violons. Au cynisme de l’époque il répond par le cynisme amplifié de celui qui joue l’ignoble pour mieux débusquer les escrocs aux bonnes manières qui nous entourent et nous cernent. On a beaucoup dit que l’humour est la politesse du désespoir. La formule est à réviser : avec Bénureau, l’humour est l’impolitesse du désespoir. Que d’énormités et d’inconvenances dans ce show où le comédien se donne des allures d’entubeur grisé par la tromperie généralisée. C’est aux Lybiens et aux Syriens qu’il promet, tout d’abord, le paradis de l’exploitation. Puis à tous les pauvres, à ceux qui mettent un doigt dans l’engrenage des facilités bancaires, à ceux qui croient qu’ils vont toucher une retraite, à ceux qui mettent leurs espoir dans la gauche, à ceux qui se croient moins pauvres que les très pauvres… « Vendre, voler, niquer, tout en restant gentil », c’est le slogan des actuels maîtres du monde pour Bénureau.

C’est un combattant politique à rebrousse-poil, s’amusant des incohérences d’un contexte idéologique en folie (« L’acteur préféré des femmes de droite, c’est Pierre Arditi »). Mais, à la différence des Stéphane Guillon et autres Didier Laporte, il ne nomme presque personne, ne mentionne presque pas le sigle d’un parti. Pour être au cœur de la mêlée, il se situe au-dessus, dans le bouillonnement de l’ignominie sous les étiquettes, quelles qu’elles soient. Il ne fait pas de la caricature, il est plus proche des Caractères généralistes de La Bruyère que des papiers dénonciateurs du Canard enchaîné. Il donne si peu de noms ! Sauf Julien Coupat, le faux terroriste embarqué par les vrais flics. Mais, si l’on aime Bénureau, c’est pour un style, pour un ton, pour une étrangeté qu’il cultive en creusant l’écart entre son apparence de petit lutin et le caractère explosif de ce qu’il dit, entre une parenté physique avec M. tout le monde et des propos contraires au consensus social. Au-delà du satiriste de grande envergure il y a chez lui une folie qui distord la réalité et lui transmet une drôlerie surréelle. Dans ce nouveau récital, on éprouvera ce type de frissons de grande comédie à travers les imprévus fantasmes d’une certaine dame de Vaquet, la visite à un boucher pétri de références culturelles et raffinées, ou bien les confidences du double de Bénureau dévoilant dans une chanson son rêve de « mourir beau et blond ».
Bénureau déplace en beauté les lois du genre humoristique – ce qu’on peut rarement dire de ses confrères et consoeurs.

Indigne, un spectacle imaginé et joué par Didier Bénureau, textes de Didier Bénureau, Eric Bidaud, Dominique Champetier, Anne Gavard, mise en scène de Dominique Champetier, lumières d’Orazio Trotta, musique de Julie Darnal, Didier Bénureau, Amaury Blanchard. Splendid, tél. : 01 42 08 21 93. (Durée : 1 h 20).

Photo Jean Tholance

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.