Accueil > George, une vie de chien

Critiques / Festival

George, une vie de chien

par Marie-Laure Atinault

George le retour !

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Il y a quatre ans « George » fut le chouchou du Festival Off d’Avignon. Tout le monde se précipitait au Théâtre du Petit Chien ( ça ne s’invente pas) pour voir les aventures de George, un chat se nourrissant de saumon fumé. A la fin de la pièce, notre sympathique félin de salon était abandonné. Snif, snif ! Cette année, nous retrouvons George devenu chat errant dans des rues plus ou moins bien famées. Fini la vie de salon, l’heure des croquettes et le câlin sur le canapé ! George doit chercher sa pitance. Il va rencontrer des personnages pittoresques : Jésus, qui n’a rien d’un saint, la vieille dame expropriée et une chatte experte dans les jeux de l’amour. Décidément, la vie des rues ce n’est pas une sinécure pour un pauvre minou de salon !

Laura Benson a travaillé avec des gens aussi différents que Luc Bondy, Pascal Thomas, Irina Brook, Jacques Doillon ou Alain Resnais. George est un peu son bébé. Observatrice douée d’un talent de reproduction étonnant, elle sait donner corps et poil à un chat. Il ne s’agit pas seulement de faire miaou. Il faut la voir se lover, ou tourner en rond sur elle-même pour se coucher dans une caisse, se laver les coussinets, ou cracher en sautant sur place. Tous les amis des chats vous le diront, Laura Benson est un chat. Il est temps que la supercherie soit dévoilée, Laura Benson est Catwoman ! Pas celle de la chauve souris masquée mais une vraie Chatte qui ronronne, une boule de tendresse et d’humanité. Dans ce nouveau spectacle concoctée par Laura Benson et Nathalie Bensard, George croise des êtres rejetés par la société à cause de leur âge, de leur préférence ou par peur mais surtout par bêtise. Peut-on avoir confiance en une société qui est incapable de protéger les faibles ? Par ses rencontres, parfois insolites, George va apprendre à survivre en milieu hostile. Notre adorable chat doit affronter la dure loi de la rue.

Catwoman, Fregoli (ancêtre de Bracchetti) ou Sekhmet ?

Laura Benson, Fregoli en l’occurrence, joue tous les personnages. En un coup de griffe, elle passe de l’humain sur deux pattes à celui à quatre. Laura simplement vêtue d’un pantalon et un haut noir, coiffée avec deux mini couettes, devient un chat des plus ressemblant. Une casquette ou un simple accessoire lui suffisent à planter un nouveau personnage. Beaucoup de tendresse et de rire pour cette suite qui est plus qu’une réussite, puisqu’elle surpasse le premier « George ». Laura Benson fait preuve d’une agilité, d’un don de mimétisme ( nous devrions dire de minet-isme), qui est le fruit d’un travail sans cesse recommencé. Son coach, Gérard nous a confié que voir Laura le suivre dans tous ses déplacements était un peu difficile à vivre, pour lui Chat très pudique. Le spectacle a cette qualité rare d’être parfaitement internationale, adapté à tous les âges et parfaitement compréhensible à ceux qui ne font pas la différence entre un chat et un tigre. Les allergiques au poil de toutes sortes sont les bienvenues.

George, une vie de chien
De et avec Laura Benson, mise en scène de Nathalie Bensard
Théâtre du petit Chien à 11Heures Festival Off d’Avignon et à partir de janvier 2009 en tournée

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.