Accueil > « Festival nordique » à Chaillot

Actualités / Danse

« Festival nordique » à Chaillot

par Yves Bourgade

Une constellation chorégraphique

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Cap au nord ! » est en ce début 2018 l’invitation du Théâtre national de la danse de Chaillot à Paris avec son « Festival nordique », une véritable « constellation chorégraphique » aux dires des organisateurs.
Danseurs et chorégraphes, petites formes et larges ensembles, venus du Danemark, de Suède, de Finlande, de Norvège et d’Islande, doivent investir les deux salles de Chaillot (Jean Vilar et Firmin Gémier), avec cinq programmes.
Les artistes de la danse et les troupes de ces cinq pays, surtout connus en France, se limitent au Ballet royal danois qui entretient précieusement l’héritage classique de Bournonville, au Ballet Cullberg et au chorégraphe Mats Ek qui ont apporté un souffle nouveau en Suède, ainsi qu’au danseur et chorégraphe finlandais Jorma Uotinen que Carolyn Carlson contribua à faire connaître.
Le Ballet Cullberg est d’ailleurs invité du « Festival nordique » et présente, en première en France, « Protagonist » de Jefta van Dinther qui, dans une ambiance électro, met en scène 14 interprètes lesquels composent une communauté d’individus entrainés dans un mouvement perpétuel et aux corps dénudés à la danse toute en énergie et en ondulations (17 au 21 janvier, Gémier).

On pourra découvrir, en première en France également, la pièce « Kodak » pour dix danseurs du Norvégien Alan Lucien Oyen qui propose une réflexion sur notre époque où l’illusion vaut toujours mieux que la réalité et où l’obsession contemporaine pour les images et leur pouvoir, altère la réalité (25 -27 janvier, Vilar).
Jamais vue en France, de la Norvégienne Ina Christel Johannessen, une version du XXIéme siècle de « Schéhérazade », un duo dansé par le Ballet national de Norvège. Au même programme figurent de l’Islandaise Bara Sigfusdottir sur une musique de Eivind Lonning « Tide » et du collectif danois Himherandit « The womanhouse » chorégraphié par Andreas Constantinou (25 au 27 janvier, Gémier).
Reviendra à Chaillot au cours de ce « Festival nordique », le Finlandais Tero Saarinen avec « Morphed » pour sept danseurs masculins confrontés aux thèmes du changement et de la sensualité sur une musique de son compatriote Esa Pekka Salonen , bien connu en France comme chef d’orchestre (18 au 20 janvier, Vilar).
La soirée d’ouverture du festival, le 16 janvier Salle Jean Vilar, confrontera danse et cinéma, avec une évocation filmée de huit minutes de Carolyn Carlson, un duo imaginé par le chorégraphe Alan Lucien Oyen et le moyen métrage « Ingmar Bergman dans l’œil des chorégraphes » réalisé par Fredrik Stattin, avec le concours de quatre chorégraphes suédois, en hommage poétique à leur compatriote cinéaste qui imaginait ses plans comme on concevait un ballet.

Théâtre national de Chaillot dans ses deux salles du 16 au 27 janvier 2018, renseignements O1 53 65 30 00, www.theatre-chaillot.fr. Places à 10 et 37 €.

© Heikki Tuuli (Morphed) photo 1
© Urban Jören (Protagonist) photo 2

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.