Accueil > Festival Impatience

Actualités / Festival

Festival Impatience

par Jean Chollet

Partager l'article :

Créé en 2009 à l’initiative d’Olivier Py dans le cadre de l’Odéon-Théâtre de l’Europe, ce rendez-vous annuel tend à favoriser l’émergence de nouvelles compagnies professionnelles en proposant à un large public de participer à leur découverte. Un résultat obtenu et salué lors des précédentes éditions, qui conforte l’importance et la nécessité de ce rendez-vous annuel, tant pour les artistes qui y sont conviés, que pour les spectateurs curieux d’appréhender les tendances et les formes annonciatrices du théâtre de demain. Ce printemps, six créations sont à l’affiche du 9 au 14 mai.

Invasion ! , du romancier et dramaturge suédois Jonas Hassen Khemiri – né en 1978 – pièce présentée avec un grand succès durant de longs mois au Théâtre national de Stockolm entre 2006 et 2008, ici mise en scène par Antù Romero Nunes, avec la troupe du Thalia Theater de Hambourg, en langue allemande surtitrée. (Ateliers Berthier les 9 et 10 mai – durée 1 h 30)

Mamma Medea de l’auteur flamand Tom Lanoye, dont le metteur en scène Guy Cassier a porté plusieurs textes à la scène, pour une approche singulière et détonante du mythe de Médée, mise en scène par Christophe Sermet,
artiste associé à cette dynamique compagnie Le Rideau de Bruxelles, coproducteur de ce spectacle, dans une traduction française d’Alain van Crugten ( Théâtre de l’Odéon les 9 et 10 mai - durée 2h45 entracte de 30 min compris)

La Fête, du sicilien Spiro Scimone, dans une création datée de 2011 (voir sur webthea la critique de Corinne Denailles) du collectif toulousain de théâtre contemporain De Quark, qui retrouve une seconde vie avec la même distribution. (le Centquatre les 11, 13 et 14 mai – durée 55 minutes)

Le Signal du promeneur, une production de jeunes liégeois du Raoul Collectif en forme de quête d’orientations dans le monde d’aujourd’hui, à partir de situations réelles croisant l‘imaginaire avec un bonne dose d’humour. (Ateliers Berthier le 12 mai, 15h et 20 h. – durée 1 h 35)

Partage de midi, à partir de la version de 1906, une nouvelle approche de l’œuvre de Claudel par la Compagnie Divine Comédie, dans la mise en scène de Jean-Christophe Blondel. Une création inspirée par la Chine où l’auteur a vécu la passion amoureuse qu’évoque le drame. (Théâtre de l’Odéon les 12 et 13 mai – durée 3 heures avec entracte)

Embrassez-les tous, spectacle issu de la rencontre de l’auteure Barbara Metais-Chastanier et de la metteuse en scène Keti Irubetagoyena, ouvrant sur un univers débridé et farcesque permettant d’aborder, face à un mur-divan, de nouvelles formes dramaturgiques. (le Cenquatre les 13 et 14 mai. – durée 1 h 15)

Comme par le passé, ce festival s’achèvera par l’attribution de deux prix. L’un attribué par un jury de professionnel, l’autre par le public disposant d’un laissez-passer du festival et ayant vu les six spectacles.

Renseignements – Réservations : 01 44 85 40 40

www.theatre-odeon.eu

Photo ci-dessus : Le signal du promeneur

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.