Accueil > Ernesto Che Guevara, la derniére nuit

Critiques / Festival

Ernesto Che Guevara, la derniére nuit

par Marie-Laure Atinault

Ange ou démon, Che Guevara dépassé par sa légende, avec un Olivier Sitruk formidable !

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Sa figure d’ange de la révolution a été arborée par des générations qui voyaient en lui une victime du pouvoir. Que ce soit sur des t-shirt ou des affiches, le Che était un symbole pour une jeunesse en révolte.
Après le film de Walter Salles Carnets de voyage ou le diptyque de Steven Soderbergh, la légende en a pris un coup. Que peut apporter le théâtre, qui n’a pas les moyens du cinéma, pas de grands espaces, pas de figuration nombreuse ? Justement la pièce de José Pablo Feinmann raconte la dernière nuit du Che. Il sait qu’il vit ses dernières heures. Nous sommes le 8 octobre 1967, dans la petite école de La Higuera en Bolivie, qui sert de prison au Che. Un journaliste lui rend visite mais c’est un journaliste du troisième millénaire, ni compatissant, ni militant, ni ennemi. Il veut comprendre le parcours de « El Commandante ».

Il cherche à pister les dérives d’un homme épris de justice et de liberté, dépassé par son combat et qui à son tour a donné la mort, lui le médecin idéaliste. Lors de cette nuit, le temps est comme aboli. Les spectres du passé peuvent s’inviter dans la prison improvisée. Comble d’ironie le Che qui voulait que les paysans puissent recevoir l’éducation, est enfermé dans une école !

José Pablo Feinmann ne fait d’ Ernesto Che Guevara ni un saint, ni un monstre. Celui qui est devenu une icône, une star du marketing grâce à la photo d’Alberto Korda, devient un homme dépassé par son destin. En resserrant la conversation entre les deux hommes, l’auteur arrive à cerner un Guevara à la fois plus humain, un idéaliste prit au piège de ses propres contradictions. El Commandante doit agir en chef s’il veut se faire respecter, et donc oublier certaines de ses idées. Appeler à comparaître lors de cet interview qui fait foi des époques, des compagnons dont le plus illustre est Fidel Castro, des paysans et des ennemis jalonnent le parcours de Guevara. La mise en scène de Gérard Gelas joue beaucoup avec le pouvoir évocateur de la nuit, ses bruits feutrés, ses ombres portées. Il fait confiance au texte, et ne va jamais dans un folklore ou un désir de reconstitution. Le propos n’est pas là. La grande qualité de Gérard Gelas est de choisir des comédiens inattendus, il ne suffit pas d’avoir une barbe et une belle gueule pour être le Che, Olivier Sitruk dépasse la simple ressemblance. Son jeu tout en retenu, est parfaitement dosé. Il compose un homme lucide et dans une évocation du passé, être ce jeune médecin révolutionnaire. Avec ce rôle sa carrière prend un virage décisif. En face de lui, l’impressionnant Jacques Frantz, une stature d’ours, une présence qui aurait pu être écrasante, mais avec son partenaire il s’accorde parfaitement bien. Ils jouent tous les deux, bel et bien la musique d’une nuit où la vie d’un homme reprend ses droits, même si la légende est un peu écornée.


Ernesto Che Guevara, la derniére nuit
De José Pablo Feinmann, mise en scène Gérard Gelas, avec Olivier Sitruk, Jacques Frantz, Laure Vallès, Guillaume Lanson, François Santucci
Théâtre du Chêne noir à 18H Tél : 04 90 82 40 57

Crédit photo : Manuel Pascual

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.