Accueil > Chaillot

Actualités / Danse / Actu

Chaillot

par Yves Bourgade

Définitivement Théâtre national de la Danse

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

En toute légalité, Chaillot à Paris est désormais « Théâtre national de la Danse », le seul des cinq « théâtres nationaux » en France consacré à l’art chorégraphique. Atteint par la limite d’âge son actuel président-directeur de Chaillot, Didier Deschamps, au terme de son troisième mandat le 5 avril 2021, cédera sa place au danseur et chorégraphe Rachid Ouramdane avec un mandat de cinq ans.
Dans les faits, depuis 2016, la danse était pratiquement reine à Chaillot, mais la décision de cette orientation a été confirmée par la modification des statuts fin 2020 parue au Journal Officiel.
Les amateurs de danse, les danseurs et chorégraphes se réjouissent de ce choix du Ministère de la Culture, choix qui, en revanche, attriste le monde du théâtre de voir s’éloigner un lieu emblématique attaché au nom et à l’expérience théâtrale de Jean Vilar.
Il faut reconnaître que la danse dite contemporaine, depuis les années 80 du XXe siècle, a pris en France une importance grandissante et conquis un public curieux et fidèle.
Rachid Ouramdane, 50 ans, hérite d’un théâtre aves deux salles de spectacle dont la salle Gémier qui a été recréée. Pour la salle Vilar (la grande salle) a été actée pour 2024 une totale rénovation. Pendant la fermeture à partir de 2022, Chaillot devra, en plus des spectacles à Gémier, développer une activité hors les murs, de préférence en région et pas seulement à Paris pour les compagnies en résidence et les troupes internationales.
Rachid Ouramdane est diplômé du Centre national de danse contemporaine d’Angers. Après avoir été simplement danseur et avoir travaillé comme chorégraphe avec une compagnie indépendante, parfois en résidence à l’invitation de structures culturelle notamment de 2000 à 2010. Il codirige avec le circassien Yoann Bourgeois depuis 2016 le Centre chorégraphique national de Grenoble et il a signé une trentaine de chorégraphies avec lesquelles il témoigne de son intérêt pour les autres arts et les nouvelles technologies et de son souci d’être en connexion avec la société, conscient de la multiplication de nos identités.
Photo : Maison de la Culture de Grenoble /Géraldine Aresteanu

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.