Accueil > Avec "Du ciel tombaient des animaux" Marc Paquien réunit un quatuor (...)

Actualités /

Avec "Du ciel tombaient des animaux" Marc Paquien réunit un quatuor d’actrices majuscules autour de la dramaturge Caryl Churchill

par Dominique Darzacq

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

A l’heure où, sur nos scènes ne cessent de fleurir avec plus ou moins de bonheur les écritures de plateau, Marc Paquien metteur en scène pour qui compte le primat du texte fait figure d’oiseau rare. Un oiseau dont la trajectoire n’entre dans aucune cage, ne se réfère à aucune chapelle ou école et qui trace sa route à l’amble de la curiosité et du coup de cœur. Attentif au vif de la création, il a notamment mis en scène, Martin Crimp, Henning Mankel, Jon Fosse Michel Vinaver, Nick Payne.
Marc Paquien, aime aussi les actrices. Après Catherine Frot dans « Oh ! Les beaux jours », Ariane Ascaride dans « Le Silence de Molière », Anouk Grinberg dans « Molly Bloom », il réunit aujourd’hui un quatuor de comédiennes de haut lignage pour nous faire découvrir l’écriture mordante de la dramaturge anglaise Caryl Churchill.

Entretien
Qui est Caryl Churchill ?
Peu connue en France, Caryl Churchill, aujourd’hui âgée de 81 ans, est une des figures majeures de la scène britannique. Depuis les années soixante, elle ne cesse de forger une œuvre riche et complexe. Son parcours est celui d’une dramaturge très engagée politiquement. Elle a fait partie des écrivain(e)s qui ont créé en usine, milité pour la cause des femmes et l’avortement, mais aussi celle des palestiniens. Comme tout le théâtre anglais aujourd’hui elle se préoccupe du monde et ses pièces sont en prise directe avec l’actualité.
Pour avoir dans les années 2001/2003, réalisé certaines de ses pièces avec Nathalie Richard dans le cadre de France Culture, je connais son travail depuis longtemps, j’ai tout de suite été fasciné par sa manière radicale de nous parler du présent , de l’écologie, des dérives de la science ou encore de la guerre en Irak, par sa façon de puiser ses thèmes dans la réalité sans tomber dans le naturalisme et de faire de chaque pièce l’occasion d’expérimenter la langue et les formes.

Vous dites avoir eu un véritable coup de cœur pour " Du ciel tombaient les animaux ». Pourquoi et comment ?
J’ai reçu Escaped alone , qui est le titre anglais de la pièce, au moment de sa création à Londres et je suis allé la voir au Royal Court. Dès la première réplique j’ai été saisi et ai pensé que cette pièce était pour moi. Elle s’ouvre ainsi : « Je marche dans la rue et il y a une porte entrouverte dans la palissade et derrière trois femmes que j’ai déjà vues ». On pourrait dire que c’est l’histoire d’une intrusion, celle de Mrs Jarrett, Cassandre des temps modernes ou fantôme d’un futur qui a vu le chamboulement du monde et qui rejoint ses voisines. Elles sont quatre dames âgées qui se retrouvent un après-midi d’été pour boire le thé. Elles discutent des choses de la vie, des enfants, de leur santé, de la religion, des magasins qui ferment, du McDo du coin, parfois même elles chantent et par moment leurs échanges, souvent cocasses, sont interrompus par le récit des visions apocalyptiques de Mrs Jarrett. Le titre de la pièce Escaped Alone emprunte au livre de Job : « Moi seul rescapé je me suis sauvé pour te l’annoncer » et ce messager annonce toutes les catastrophes à Job. Mrs Jarrett, elle, vient annoncer une catastrophe qui a déjà eu lieu, décrit l’hyper capitalisme, les méfaits de la mondialisation, la surconsommation, l’eau manquante. Caryl Churchill s’empare d’une rituelle et banale tea party entre voisines pour déployer une comédie caustique dans laquelle, avec un humour ravageur, elle dénonce les dérives de notre civilisation.

En quoi l’écriture de Caryl Churchill est-elle singulière ?
Il faut d’abord souligner que c’est une écriture typiquement anglaise dans sa manière de miser sur l’humour, d’écrire simple et sans gras. La conversation dans le jardin pourrait s’apparenter à des choses très banales comme chez Vinaver.
La particularité de l’écriture de Caryl Churchill est que sa langue est extrêmement construite et façonnée de bribes, que le réalisme y est distordu et le temps insaisissable. Dans Du ciel tombaient des animaux elle ouvre un espace étonnant et détonnant, fragmenté entre futur et présent. Je lis beaucoup de textes contemporains, je n’avais pas encore rencontré une écriture si radicale et provocatrice. C’est en effet de façon très provocante qu’elle met ces quatre vieilles dames sur scène. Dans notre société voit-on encore les femmes âgées ? Comment les voit-on ? Pour ce qu’elle nous dit d’aujourd’hui et sa manière de le faire il me semble essentiel de faire découvrir l’écriture de Caryl Churchill , comme de proposer cette étrange partition à ces quatre magnifiques comédiennes que sont Charlotte Clamens, Danièle Lebrun, Geneviève Mnich, Dominique Valadié.

Qu’est-ce qui a guidé votre choix ?
Soyons clair, mettre en scène cette pièce c’est d’abord la mise à l’écoute du texte et ces quatre-là sont d’exceptionnelles médiatrices. Après, dans la pièce elles sont quatre femmes différentes, d’horizon comme de caractère. Il m’a donc semblé important de réunir quatre comédiennes issues de différentes familles théâtrales et qui avaient chacune un parcours singulier. La diversité de leur trajectoire et de leur jeu participe de la richesse du spectacle.

Le Théâtre du Rond-Point se veut le haut lieu du rire de résistance. Votre spectacle s’inscrit-il dans ce cadre ?
Il s’y inscrit totalement entre thé et catastrophe on rit beaucoup, mais le rire se mêle d’effroi. Le tour de force de Caryl Churchill, qui fait là la démonstration d’un fulgurant esprit visionnaire est d’écrire une véritable comédie et en même temps de trouver les mots pour dire la catastrophe dans laquelle nous sommes. Son théâtre réactive la dimension militante de la scène en tissant à la fois politique et poétique.

Du ciel tombaient des animaux Théâtre du Rond-Point du 8 janvier au 2 Février.

Photo ©Gionanni Cittadini.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.