Accueil > Tarare, de la scène à l’enregistrement

Critiques /

Tarare, de la scène à l’enregistrement

par Christian Wasselin

Le Tarare de Salieri, magnifiquement ressuscité à Versailles par Christophe Rousset, a été non moins superbement enregistré.

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

DU 22 NOVEMBRE AU 9 DÉCEMBRE DERNIER, Christophe Rousset a dirigé Tarare de Salieri à Versailles, au Theater an der Wien, à la Cité de la musique de Paris et à Caen. Concerts mémorables dont nous avons rendu compte et qui ont permis de redécouvrir un opéra méconnu qui est aussi, de la part du librettiste, un manifeste. Beaumarchais avait en effet sa petite idée sur l’opéra, et il rêvait de confier un livret à Gluck, le plus grand compositeur de son temps selon lui. C’est finalement à Salieri qu’échut le texte. Un texte qui, en réalité, ne va pas aussi loin qu’on aurait pu l’imaginer en lisant les écrits de Beaumarchais sur l’opéra. Ce qui ne peut que réjouir les épris de musique.

Enregistré à la Cité de la musique mais aussi au Conservatoire Jean-Baptiste Lully de Puteaux, le Tarare de Christophe Rousset est désormais disponible sous forme d’un coffret de trois CD particulièrement soigné. On y retrouve Cyrille Dubois, héroïque et subtil en général Tarare, Karine Deshayes, impeccable de diction et d’engagement en Aspasie, Jean-Sébastien Bou, parfait dans le rôle du tyran Atar, mais aussi Enguerrand de Hys, Calpigi irréprochable, Tassis Christoyannis (aussi bon, au disque, en Arthénée qu’en Génie du feu), Judith Van Wanroij (toujours meilleure en Spinette qu’en Nature), Jérôme Boutillier, Philippe Nicolas-Martin, Danaé Monnié, qui incarnent plusieurs petits rôles, et Marine Lafdal-Franc.

Les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles préparés par Olivier Schneebeli, et bien sûr Les Talens lyriques, tous emmenés par Christophe Rousset, participent grandement de la réussite. On savoure un ouvrage ambigu, à la fois tragique et comique, qui prend le parti de l’exotisme pour délivrer sa leçon politique. Cet enregistrement marque un jalon dans la redécouverte d’un musicien et d’un dramaturge, et nous renseigne avec éclat sur l’histoire des relations entre parole et musique, entre action et poésie, qui fait tout l’enjeu de l’opéra depuis plus de quatre siècles.

Salieri : Tarare (livret de Beaumarchais). Cyrille Dubois (Tarare), Karine Deshayes (Astasie), Jean-Sébastien Bou (Atar), Judith Van Wanroij (la Nature, Spinette), Enguerrand de Hys (Calpigi), Tassis Christoyannis (Arthénée, le Génie du feu), Jérôme Boutillier (Urson, un Esclave, un Prêtre), Philippe Nicolas-Martin (Altamort, un Paysan, un Eunuque), Marine Lafdal-Franc (Elamir), Danaé Monnier (une Bergère, l’Ombre de Spinette) ; les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles ; les Talens lyriques, dir. Christophe Rousset. 3 CD Aparté AP 208.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.