Accueil > Quelque jolis coups de cœur discographiques à s’offrir pour 2009

Critiques / Livres, CD, DVD

Quelque jolis coups de cœur discographiques à s’offrir pour 2009

par Olivier Olgan

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Quoi de neuf ? ‘Les Quatre saisons et autres concertos’ de Vivaldi

Plus de 300 versions au compteur ! Pourtant ce bout de femme n’a pas hésité. A la tête de son ensemble Gli Incogniti, Amandine Beyer se lance à l’assaut de la musique la plus rebattue du répertoire classique et réussit l’impensable : y apporter du nouveau avec une générosité envahissante et anarchiste ! Les sonorités éclatent de fraîcheur, les archets crépitent, les rythmes vibrent à la lumière d’un décapage mené tambour battant par la violoniste survoltée. Rebelle, d’une érudition du cœur et des tripes, Beyer revendique haut et fort l’urgence expressive que réclame une page vivaldienne. Avec saveur et surtout un immense bonheur communicatif de jouer. 1 cd ZZT 15 euros

Cette théâtralité surgit aussi à chaque plage du premier coffret d’étape de l’intégrale des Opéras de Vivaldi, entrepris par Naïve. Pas moins de 9 opéras sur les 20 qui sont annoncés et combien de miraculeuses trouvailles issus des meilleurs interprètes (voix et chefs) ! Tous se sont donnés le mot pour relever un défi qui prendra encore 10 ans, mais qui ne cesse de contredire le vieux stéréotype d’un Vivaldi auteur d’un seul concerto ! Plongez dans cet univers gourmand de voix et contrastes, pour découvrir le vrai génie du prête roux. Tout l’opéra baroque y ruissèle, il suffit tendre la coupe pour s’y enivrer. The Vivaldi Edition Operas - Vol. 1 (Coffret 27 CD+1 DVD) Naïve 155 euros

Dvorak. La Symphonie du Nouveau monde par la Chambre Philharmonique
Quatre ans après sa création, La Chambre Philharmonique est bien installée et ses productions se nourrissent du même désir de faire ‘à l’ancienne’ aussi bien dans la direction démocratique d’un effectif constitué autour de chaque programme, avec comme noyau dur, une formation ‘Mozart’ (env. 35 personnes) que dans un travail exigeant et documenté sur le son issu sur d’instruments d’époques.

Avec La Symphonie du nouveau monde, N°9 de Dvorak, pièce archi rebattue s’il en est, le résultat est là ; tonique, expressif et d’un enthousiasme festif !! Le travail d’Emmanuel Krivine, chef de l’ensemble siphonne la grandiloquence du chef d’œuvre pour lui redonner vie d’une façon inouïe au sens propre du terme. Avec l’ambition de faire entendre le souffle révolutionnaire qui la parcourt ! Plénitude et légèreté ; le son de l’orchestre, déjà un régal en soi, n’est pas recherché pour lui-même. Il épouse la musique et donne envie d’aller de l’avant. Et déguster encore du nouveau pour 2009. 1 cd Naïve – 22 euros

Hommage multiples à Messiaen.

Les anniversaires ont cela de bon qu’ils permettent d’éclairer un compositeur, fut-il aussi éclectique et discuté qu’Olivier Messiaen, et de déjouer une réputation de compositeur difficile. 2008 fut incontestablement l’année Messiaen avec plus de 1 400 concerts répartis dans le monde entier avec un paroxysme le 10 décembre 2008, jour anniversaire du compositeur !
L’inévitable reflux laissera la place à Haydn et Haendel en 2009, et surtout quelques belles pépites discographiques pour rédecouvrir l’ornithologue musicien !
A tout seigneur tout honneur, saluons l’édition ‘complète’ et officielle de DG Universal qui intégre les partitions que Messiaen a reconnu de son vivant. Effort louables d’autant que la qualité des textes d’accompagnement est remarquable et que l’on y retrouve tous ceux qui ont côtoyés et défendu coûte que coûte le maître ; de Roger Muraro au piano à Olivier Latry à l’orgue, aux chefs Nagano, Chung et Boulez, tous offrant des interprétations de référence dans leurs versions modernes. Complete edition 32 cd DG 160 euros

Moins copieuse mais tout aussi ambitieuse, l’Anniversary Edition d’EMI est constituée de ses œuvres phares avec d’interprétations plus anciennes comme par exemple ces deux raretés : ‘Chronochromie’ dirigé par Antal Dorati en 1964, et Messiaen lui-même à l’orgue en 1956… mais aussi Rattle pour ‘Éclairs sur l’au-delà’, Argerich et Rabinovitch dans les Visions de l’Amen, Yvonne Loriod dans le ‘Quatuor pour la fin du temps’ et Beroff au piano. L’ensemble pêche par un livret assez pauvre. Coffret 14 cd 30 euros

Plus ciblé, Decca choisit un hommage en deux coffrets pour ceux qui craignent l’overdose, avec d’un coté L’œuvre orchestrale et de chambre confiée à Haintink, Boulez et Stokowski (coffret 6 cd 40 euros) et de l’autre, La musique pour piano et orgue confiée à Johnson et Thibaudet, avec une mention spéciale pour l’organiste Simon Preston.coffret 7 cd 45 euros

Richard Wagner : The Great Operas from the Bayreuth Festival

A ceux qui cherchent du nouveau dans Wagner, c’est pourtant le magnifique coffret Decca’ Wagner à Bayreuth entre 1961 et 1985’ qu’il faut offrir. Deux accroches simples : versions légendaires et prix cadeau (moins de 40 euros). Constitué d’archives live de Bayreuth, il contient plusieurs références historiques voire légendaires ; de Wolfgang Sawallisch, ‘Le Vaisseau Fantôme’ (1961), Tannhäuser’ et ‘Lohengrin’ (1962), de Karl Böhm,’Tristan und Isolde’ avec le couple Windgassen-Nilsson (1966), complété par une Tétralogie explosive : ‘Das Rheingold’ (1971), ‘Die Walküre’ (1967), ‘Siegfried’ (1971), ‘Götterdämmerung’ (1967). Trop souvent dans l’ombre de Karajan, le chef reste dans les annales pour sa finesse de ses couleurs et la violence poétique avec lesquelles il transcende des plateaux vocaux qui semblent défendre leur vie. On saluera aussi la qualité des synopsis (à défaut des livrets intégraux) qui nous permettent de plonger bien outillé au cœur de la dramaturgie wagnérienne. Coffret 33 cd Decca 36€

Piano Masterworks : The World’s Favourite Piano Classics.

Plus de 50 cd pour introduire la musique de piano aux jeunes mélomanes à un des meilleurs rapport qualité –prix du moment. La prestigieuse firme Decca pouvait se le permettre. D’abord en jouant sur l’esthétique du coffret et sa simplicité, les cd sont sous pochettes papier avec les indications ; compositeur, oeuvres et interprètes ! Et c’est là que la fête commence ! Peu importe l’ordre chronologique, de Bach à Ravel, en passant par Chopin et Rachmaninov, il y a un concentré de ce qu’il faut connaître de la littérature pianistique, par de grands pianistes de l’écurie Decca (Barenboïm, Haskil, Lupu, Richter, Thibaudet…) dirigé par de grands maîtres ; Davis, Fricsay, Gergiev, Solti,… Le choix de la synthèse dans une somme originale. Coffret 50 CD Decca 70€

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.