Accueil > Miracle en Alabama de William Gibson

Critiques / Théâtre

Miracle en Alabama de William Gibson

par Gilles Costaz

Une histoire exemplaire

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le titre est dans toutes les mémoires : la pièce de William Gibson fut adaptée au cinéma par Arthur Penn en 1962. Mais le texte dramatique lui-même est bien oublié depuis la lointaine traduction de Marguerite Duras et Gérard Jarlot. L’histoire, calquée sur la part adolescente de la vie authentique de l’Américaine Helen Keller (1880-1968), est exemplaire : Helen, sourde et muette, se transforme en enfant sauvage jusqu’au jour où ses parents – des bourgeois sudistes, le père ayant été capitaine dans l’armée ségrégationniste – la confie à une jeune éducatrice spécialisée. C’est la guerre entre les deux jeunes femmes. Mais l’éducatrice veut former Helen, lui apprendre les principes de la vie quotidienne mais, au-delà, par la maîtrise d’un alphabet formé ave les mains, la faire accéder au langage et à la pensée. Elle y parviendra… Helen Keller deviendra même écrivain et pédagogue.
Elégant dans sa forme (les costumes de Pascale Bordet y sont pour beaucoup), un peu à l’étroit sur la scène du La Bruyère (quand il faut faire cohabiter deux lieux sur un même plateau), le spectacle de Pierre Val est bon enfant. C’est joué à gros traits, avec des émotions simples et amplifiées. Pourtant, l’on en sort très ému, car cette biographie n’est pas seulement édifiante. Elle est bouleversante. Chacun des acteurs tient son rôle de façon nette et juste : Pierre Val (le capitaine), Stéphanie Hedin (l’éducatrice), Marie-Christine Robert, Valérie Alane et Julien Crampon. Deux comédiennes jouent en alternance la jeune fille sourde et muette : Lilas Mekki et Clara Brice. Ce n’est pas simple. Leur prestation sans un mot mérite aussi des applaudissements.

Miracle en Alabama de William Gibson, adaptation et mise en scène de Pierre Val, scénographie d’Alain Lagarde, costumes de Pascale Bordet, , lumières d’Anne-Marie Guerrero, musique de Fabrice Kastel, avec Valérie Alane, Julien Crampon, Stéphanie Hédin, Marie-Christine Robert, Pierre Val et Lilas Mekki (en alternance avec Clara Brice).

Théâtre La Bruyère, 21 h (Le samedi 15 h), tél. : 01 48 74 76 99.

Photo Laurencine Lot.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.