Accueil > Max, la véritable histoire de mon père de Sophie Forte

Critiques / Festival / Théâtre

Max, la véritable histoire de mon père de Sophie Forte

par Marie-Laure Atinault

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le canapé est souvent le meuble qui révèle les personnalités et qui réveillent les instincts. Voir son cher petit réduit à l’état larvaire ou son mari regardant un match à la télé permet de philosopher sur ce côté animal qui sommeille en nous. Pour Juliette le cas est extrême puisque Max, son époux vit dans le canapé, refusant de le quitter et regarde sans arrêt les films d’horreur les plus trash. Max est en pleine dépression après avoir été licencié. Il ne quitte pas son canapé, son refuge, sa tanière, il y a de l’ours mal léché en lui. Sophie, sa fille, étudiante fait de son père son cas de thèse, et suivant Bettelheim l’incite à peindre. Et un jour ou plutôt une nuit le déclic se produit, Max peint, son âme artistique, une sensibilité enfouie explose sur des toiles qu’il peint frénétiquement toutes les nuits. Juliette voit une solution pour rééquilibrer les finances du ménage, et leur fille un sujet d’étude palpitant.

Après la jolie pièce Sur le fil, Sophie Forte réitère avec un sujet original et personnel, se souvenant que lorsqu’elle avait 8 ans son père avait peint son premier tableau avec les gouaches de sa fille.
Le début est un peu laborieux mais mettons cela sur le compte que nous avons assisté aux premières représentations. Il y a un manque de rythme et une installation trop longue de la situation. Le spectacle prend son rythme de croisière au bout de trente minutes. Pierre Forest en homme des cavernes préhistoriques, pardon en homme du canapé du tertiaire grogne à souhait. Sophie Forte jubile en Juliette aux pays des marchands d’Art, parfois avec excès, mais elle est italienne. Anna Mihalcea est la révélation du spectacle, en fille qui épaule sa mère dans cette épreuve, et sauve son père, sa présence est solaire. Ce serait merveilleux si tous les problèmes de couple et de dépression trouvaient leur résolution grâce à la peinture. Le théâtre de Sophie Forte nous a fait rire et sourire.

Max, la véritable histoire de mon père
De Sophie Forte, mise en scène Eric Bouvron, avec Sophie Forte Pierre Forest, Anna Mihalcea
Festival Off Avignon Théâtre du Chêne Noir jusqu’au 28 juillet à 16h30
Tél : 04 90 86 74 87

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.