Accueil > Les Montagnes russes

Critiques / Théâtre

Les Montagnes russes

par Marie-Laure Atinault

Monsieur Delon

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Ils se sont rencontrés dans un bar. Elle est jolie, disponible. Il est seul, en escapade conjugale. Il l’invite à boire un dernier verre chez lui. L’imprudent. Maladroit comme un homme marié en goguette, il est décontenancé par cette jeune et jolie femme qui lui joue la comédie de la séduction. Elle est, tour à tour, prude, effrontée, nymphomane, mythomane, réservée. Qu’est-elle vraiment ? Que cherche-t-elle ?
La pièce d’Eric Assous marche sur des chemins conventionnels. Soit. Mais ils sont balisés de bons mots et de répliques bien affûtées. Pour autant, si Les Montagnes russes attirent, tout le monde en est bien conscient, c’est pour Alain Delon.
Delon au théâtre, c’est un événement que seuls des jaloux peuvent négliger. Savez-vous qu’Alain Delon est l’anagramme de charisme ? Il suffit en effet qu’il apparaisse pour que tous les regards convergent sur lui. Le public est venu pour lui. Parce qu’il est une légende vivante. Parce qu’il est beau. Il faut toute la présence, la fantaisie et la beauté d’Astrid Veillon pour exister face à ce seigneur des planches. Elle interprète avec finesse cette jeune femme énigmatique, et met dans sa poche un public par avance acquis à son partenaire. Anne Bourgeois, elle, a tiré le meilleur de la pièce. Cette jeune metteur en scène sait diriger des comédiens entiers et fougueux. Après avoir été l’œil de Richard Berry pour Café chinois, elle est la conscience d’Alain Delon. Un défi. Diriger Monsieur Delon exige du doigté, du talent, de la méthode. C’est un professionnel qui a le sens inné du public. Il n’en faut pas moins canaliser son enthousiasme, amoindrir ses résistances, pour donner corps à son personnage, au-delà de son mythe. De ce point de vue, Anne Bourgeois réussit le pari des Montagnes russes. Il n’y a que des hauts dans son travail.
Aux saluts, Delon s’efface avec élégance pour qu’Astrid Veillon puisse recueillir sa part méritée du succès. Cette fois encore, il peut être rassuré : son public l’aime et l’acclame, soir après soir, pendant 15 bonnes minutes.

Les Montagnes russes, d’Eric Assous, mise en scène Anne Bourgeois, avec Alain Delon, Astrid Veillon. Théâtre Marigny Tél : 01 53 96 70 00.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.