Accueil > Le Souffle d’Avignon

Actualités / Actu

Le Souffle d’Avignon

par Gilles Costaz

Entretien avec Serge Barbuscia

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Du théâtre au Palais des Papes !
Le festival d’Avignon n’aura pas lieu mais, comme la guerre de Troie selon Giraudoux, il aura tout de même lieu, sous des formes éclatées. Beaucoup d’artistes se produiront, sur une durée moins longue et en respectant les dures contraintes, sanitaires. Le théâtre du Verbe Fou présentera un ensemble réduit de spectacles. De même le cycle If a lieu dans la salle de la Roquille. Philippe Caubère joue Les Lettres de mon moulin de Daudet à la Condition des soies. Le « in » projettera le soir les films de certains spectacles historiques sur la muraille du Palais des Papes. Mais l’événement le plus marquant sera Le Souffle d’Avignon organisé par les Scènes d’Avignon – les lieux de la Ville qui fonctionnent toute l’année - dans le Palais des Papes même : une série » de lectures pensées par ces grands directeurs-metteurs en scène et jouées par de grands comédiens : Gaëlle Billaut-Danno, Ariane Ascaride, Jacques Frantz, John Arnold, Philippe Caubère…
Serge Barbuscia, vous êtes à l’origine de ce Souffle d’Avignon.
Après le confinement, j’ai eu l’occasion de me trouver seul dans la cour d’honneur du Palais des Papes. Dans ce lieu vide, je me suis dit qu’on ne pouvait pas rester sans rien faire. J’ai pensé à Vilar, aux autres grandes figures. Est-ce que nous, les directeurs des Scènes d’Avignon, nous n’étions pas les gardiens du feu, là où tout a commencé il y a 74 ans ? Dans mon courrier, j’avais beaucoup de manifestation de la tristesse du public. J’ai pensé qu’on pouvait revenir à l’esprit de Vilar qui, d’ailleurs, est à présent obscurci par beaucoup trop de choses.
J’ai proposé l’idée de lectures, de retours aux textes, à mes amis des Scènes d’Avignon. Ils étaient tous terrassés par l’annulation du festival. Les idées de chacun ont été différentes. Gérard Gélas voulait lire ce qu’il avait écrit sur son enfance à Avignon. Alain Timar avait deux textes sur le chantier, l’un de Frédéric Pagès et l’autre de Rémi De vos, qu’il voulait bien mettre en lecture. Julien Gélas devait mettre en scène sa pièce Le Rêve de Spinoza ; il a pris le parti de la mettre en voix. Gérard Vantaggioli avait lui aussi un texte à faire entendre, Les Petits Adieux. Certains d’entre nous ont voulu se charger d’autres textes, quelques amis nous ont rejoints. Personnellement, j’ai une grande admiration pour Pierre Notte et je suis heureux de mettre en lecture L’Homme qui dormait sous mon lit. Je saluerai la mémoire du créateur du off, André Benedetto avec Le Jeune Homme exposé et j’ai œuvré pour la participation de Serge Valletti dont des jeunes de quartier et des acteurs professionnels liront des scènes de ses formidables versions de certaines scènes d’Aristophane. Pour le dispositif sanitaire, il est sous le contrôle du Palais des Paes. La scène installée dans le cloître me parait très réussie, avec des modules posés sur un plateau.
Mais le Palais des Papes n’est-il pas une chasse gardée, réservée à la direction du « in » ?
Pas du tout. D’autres événements s’y produisent. Mais c’est vrai que nous arrivons un peu comme les baleines qui, profitant de l’immobilité de la Côte pendant le confinement, sont entrées dans les calanques des Goudes, à Marseille, l’agitation habituelle ayant disparu. Ce à quoi nous nous sommes attachés, c’est que les séances soient gratuites. Nous avons pu être aidés par la SACD, l’ADAMI, la Spedidam, la DRAC et Tourisme Avignon. Tous les acteurs sont payés, et de façon égalitaire. C’est une attitude qu’on peut aussi prendre comme une réaction à la marchandisation de notre métier qui s’est développée de façon peu supportable et comme une réflexion à développer sur l’avenir du festival d’Avignon et du « off ».

Le Souffle d’Avignon, Une semaine de lectures animées par les Scènes d’Avignon (Président Serge Barbuscia) les (Théâtre du Balcon, Théâtre des Carmes, Théâtre du Chêne Noir, Théâtre du Chien qui Fume, Théâtre des Halles) en complicité avec Avignon Tourisme ville d’Avignon.
au Cloître du Palais des Papes, du 16 au 23 Juillet 2020 Entrée libre sur réservation au 04 90 85 00 80
16/07/20
Texte de Pierre Notte « L’homme qui dormait sous mon lit », mise en voix par Serge Barbuscia / avec Jean Paul Tribout, Fabrice Lebert, Emmanuelle Brunschwig
Texte de Gérard Gélas / « Les Gamins d’Avignon » par Gérard Gélas
17/07/20
Texte de Jean Paul Lilienfeld « Coupable » d’après le roman
« Les Lois de la Gravité » de Jean Teulé dans une mise en voix de Frédéric Fage / avec Anne Richard, Gaëlle Billaut – Danno et Salvatore Caltabiano (lecture supplémentaire de ce texte à Montfleury le 16 à 14 h).
Texte de et mis en voix par Julien Gélas « Le rêve de Spinoza » / avec Jacques Frantz et Pauline Dumas
18/07/20
Texte de Gérard Vantaggioli « Les petits adieux » / avec Marion Bageot, Nicolas Geny, Kristof Lorion
Texte d’Eric Bu et Laura Léoni : « Collapsus » mise en voix Eric Bu / avec Laurent Montel, Amandine Barbotte, Elodie Menant, Fabrice Lebert, Marie Broche, Guillaume Lanson
19/07/20
Texte de Léonore Confino « Les Beaux » Mise en voix par Julien Gélas avec Liwen Gélas et Damien Rémy
Texte de Rémi de Vos, lecture dirigée par Alain Timar / « Sosie » / avec John Arnold, Victoire Goupil, Xavier Guelfi, Christine Pignet, David Sighicelli
20/07/20
Texte de Marion Aubert dans une mise en voix de Marion Guerrero « Tumultes » / avec Julien Bodet, Thomas Jubert, Gaëtan Guérin, Gaspard Liberelle, Maurin Ollès, Lison Rault, Aurélie Reinhorn, Mélissa Zehner + 1 ( en cours)
Texte de Giovanni Arpino adapté par Gérard Vantaggioli « Parfum de femme » / avec Jean-Marc Catella, Hugo Valat, Vanessa Aiffe-Ceccaldi, Nicolas Geny 21/07/20
Texte d’André Benedetto « Le jeune homme exposé » dans une mise en voix de Serge Barbuscia / avec Claude Djian, Corinne Derian, Salvatore Caltabiano, Bertrand Baillot, Camille Carraz, Laetitia Mazzoleni
Texte de Frédéric Pagès « Descartes et Christine, Reine de Suède
 » lecture dirigée par Alain Timar avec Aurore Erguy et Charles Gonzalès
22/07/20
SCENES OUVERTES
Danse : Chorégraphe Alexandre Lesouef et 5 danseurs
Texte de Mateï Visniec / "Petit boulot pour vieux Clown" dans une mise en voix de Virginie Lemoine avec Richard Martin, Serge Barbuscia et Pierre Forest
Léa Guillec (comédienne) et Baptiste Zsilina ( marionnettiste)
23/07/2020 à partir de 18H30 // SOIREE DE CLOTURE
1ère partie
Mise en voix par Nadjette Boughalem
" Toutaristophane " de Serge Valletti "Histoire d’une traduction"
Avec : Mourad Boulhali, Omar Dhamane, le musicien Brailleur Denis et la troupe amateur : Hadria Cheraga, Boris San-Miguel, Veronique Couder, Ayse Baska, Djalem Assia.
2ème partie
Les Marseillais de Serge Valletti
d’après Les Cavaliers d’Aristophane
Lecture publique
Distribution : Charlotte Adrien, Ariane Ascaride, Gilbert Barba, Serge Barbuscia, Philippe Caubère, Jean-Marie Cornille, Vanina Delannoy, Laurent
Montel, Bruno Raffaelli, Anthéa Sogno
Texte publié aux Editions de l’Atalante

Photo : Serge Barbuscia (photo Gilbert Scotti).

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

1 Message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.