Le Nozze di Figaro, Cosi fan tutte, Don Giovanni

Retour au TCE de la magnifique trilogie Mozart/Da Ponte réalisée par Jean-Claude Malgoire et Pierre Constant

Le Nozze di Figaro, Cosi fan tutte, Don Giovanni

Il y a treize ans, Michel Franck et Janine Roze Production mettaient à l’affiche du Théâtre des Champs Elysées une trilogie Mozart-Da Ponte que l’Atelier Lyrique de Tourcoing venait de créer sous la direction de son chef et patron Jean-Claude Malgoire dans une mise en scène épure de Pierre Constant. Aujourd’hui Michel Franck s’apprête à prendre la direction du TCE et la reprise de cette production d’anthologie apparaît comme un double clin d’œil, à un riche passé et à l’avenir d’une nouvelle programmation.

Le Nozze di Figaro, Cosi fan tutte, Don Giovanni : monter les trois plus célèbres opéras de Mozart composés en complicité avec le librettiste Lorenzo Da Ponte, à la fois dans un esprit de continuité et un esprit de troupe, cela n’avait jamais été fait, et n’a plus été fait depuis. Au bout de toutes ces années le souvenir que laisse ce coup de maître reste indélébile.

Un décor unique à variations sensibles de Roberto Platé, une unité de temps et de lieu – 24h sur les rives de la Méditerranée – et une distribution mosaïque où les chanteurs se glissent d’un rôle à l’autre au fil des œuvres. Le baryton-basse Nicolas Rivenq sera tour à tour Don Giovanni, le comte Almaviva et Don Alfonso, Joan Martin-Royo, de la même tessiture passera de Figaro à Guglielmo, Ingrid Perruche sera la comtesse des Noces puis Zerlina de Don Giovanni, Lina Merkeby prêtera son timbre de mezzo à Cherubino et à Dorabella. Quelques « solistes » s’intercaleront dans les prises de rôles : Laurent Naouri pour Leporello, Sandrine Piau (donna Anna), Véronique Gens (donna Elvira), Anne-Catherine Gillet (Despina).

Dans ces jeux de l’amour et du désir qui estampillent ces trois opéras, la clarté est le maître mot de la conception de Pierre Constant. Et, au-delà des joutes amoureuses c’est l’hymne à la liberté de l’humaniste Mozart qu’il met en lumière, liberté aspirée pour les femmes dans chacune des trois œuvres et liberté absolue de conscience et de vie revendiquée jusqu’à la mort par Don Giovanni. C’est sur sa mort d’ailleurs que Constant et Malgoire achèvent l’opéra des opéras conformément à la version originale qui ne comportait pas la leçon de morale de la « scena ultima »

Théâtre des Champs Elysées, la grande Ecurie et la Chambre du Roy – ensemble vocal de l’Atelier Lyrique de Tourcoing, direction Jean-Claude Malgoire, mise en scène Pierre Constant, décors Roberto Platé :

Le Nozze de Figaro (25, 28, 29 mai à 19h30),
Cosi fan tutte (2,3,5 juin à 19h30),
Don Giovanni (7, 9, 11 juin à 19h30)

01 49 52 50 50 – www.theatrechampselysees.fr

A propos de l'auteur
Caroline Alexander
Caroline Alexander

Née dans des années de tourmente, réussit à échapper au pire, et, sur cette lancée continua à avancer en se faufilant entre les gouttes des orages. Par prudence sa famille la destinait à une carrière dans la confection pour dames. Par cabotinage, elle...

Voir la fiche complète de l'auteur

Laisser un message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

S'inscrire à notre lettre d'information
Commentaires récents
Articles récents
Facebook