Accueil > Le Dindon de Georges Feydeau

Critiques / Comédie & Humour / Festival

Le Dindon de Georges Feydeau

par Bruno Bouvet

La cuisson est parfaite

Partager l'article :

Il est toujours réjouissant d’assister à une naissance et le plaisir est évidemment décuplé lorsqu’il s’agit d’une naissance multiple ! C’est ce sentiment d’allégresse qui envahit le spectateur en assistant aux début sur scène d’une troupe vrombissante de onze comédiens, issus pour la plupart de la Classe libre du Cours Florent et du Conservatoire national d’art dramatique de Paris. Qui pourrait croire que certains n’ont pas encore achevé leur formation ?

Ce qui est sûr, c’est qu’il faut d’ores et déjà retenir les noms de ces jeunes maîtres queux qui livrent un « Dindon » aux petits oignons, assaisonné d’une bonne dose de vivacité et d’une énergie qui ne se relâche jamais. Bertrand Usclat, impayable Pontagnac et Yasmine Nadifi, tout aussi convaincante dans le rôle de sa malheureuse épouse, Guillaume Delvingt, parfait Vatelin, Hélène Chevallier, irrésistible Lucienne sont évidemment à citer mais il serait injuste d’omettre les performances de leurs camarades (Baptiste Chabauty, Benjamin Gauthier, Inès Guiollot, Ivan Le Goff, Raphaël Lye, Louise Massin, Lola Naymark). Tous ces gamins talentueux ont compris que la mécanique de Feydeau ne souffre aucun temps mort, tout autant qu’ils ont saisi l’importance de ne pas sombrer dans la facilité et la vulgarité.

La mise en scène ingénieuse et pleine de tonus de Fanny Sidney a l’audace de remplacer les indispensables portes du maître du vaudeville par… des chaises de cinéma. Assis dos au public sans bouger, les comédiens en jaillissent pour entrer dans la danse frénétique des quiproquos et des coups de théâtre. L’esthétique assumée (les années 60) et les pointes d’humour irrévérencieux façon Canal + accentuent le plaisir du spectateur, tout entier à son bonheur de vivre une cavalcade totalement déjantée. Les comédiens de la troupe des Années Ivres n’ont pas mis longtemps pour assimiler l’essentiel du théâtre : la joie communicative de jouer.

BRUNO BOUVET

Festival Off à Avignon. Au Monte-Charge (Salle 1). 22 Place de
l’Horloge. Tous les jours à 18 h 50. Jusqu’au 31 juillet. Durée :
1 h 30. Tarif : 16 €. Carte Off : 11 €. Tarif enfant : 6 €.
Réservations : 04 90 85 62 48.

PNG - 186.4 ko

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.