Accueil > La poursuite de l’oie sauvage d’après Hannah Arendt

Critiques / Jeune Public

La poursuite de l’oie sauvage d’après Hannah Arendt

par Michel Voiturier

Les histoires donnent un sens au monde

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un trio de narrateurs-comédiens-acteurs-chanteurs-musiciens racontent une histoire commune composée des histoires de chacun. Un régal qui use de toutes les ressources du théâtre art vivant.

Ils sont trois comparses à tout faire. Leur costume est celui d’un peuple différent pour chacun. L’histoire qu’ils content est nourrie par de multiples autres histoires aussi mythiques les unes que les autres. Car l’enjeu est ici de montrer combien les différences sont susceptibles de s’atténuer lorsqu’elles se joignent au cœur d’une démarche solidaire.

Or donc, voici que le récit va se dérouler dans un décor bizarre. Il est composé d’étranges assemblages d’objets usagés manifestement prêts à se retrouver en décharge mais se révèlent vite instruments baroques d’un travail mélodique et rythmique de percussions. Et qui serviront d’éléments ludiques à une narration aux innombrables rebondissements.

Inspirée par une histoire de la philosophe Hannah Arendt (1906-1975), cette fable met en présence une série d’animaux représentant une certaine forme de sagesse. Le trio qui lui donne une vie scénique emporte le public dans une invraisemblable épopée comique. Non seulement ils font mine d’improviser ce qu’ils divulguent mais ils l’agrémentent de tout ce qui fait spectacle : mime, pantomime, grimaces, ombre chinoise, travestissement, jonglerie, danse, reproduction de cris des animaux, chant en paroles ou a cappella…

Chaque acteur s’engage corporellement avec une énergie phénoménale qui dynamise la représentation de bout en bout. Le plateau accueille des protagonistes de tous poils ou plumes et de toutes origines. Notamment les plus mythiques comme le serpent Léviathan, l’éléphant Ganesch ou le cheval ailé Pégase. Et, puisque chaque interprète se prête à tout, ils se distribuent les rôles au fur et à mesure redonnant à la représentation cette distance qui fait qu’au théâtre tout est possible et que tout stimulant à l’imaginaire devient crédible sans devoir être réaliste.

On sort de cette cavalcade ravi, empli d’un plaisir complice qui n’appartient qu’à l’irremplaçable spectacle vivant. On en garde bien entendu dans un petit coin de soi, cette idée élémentaire bien si mal incarnée dans la réalité : mettre ensemble des caractéristiques culturelles disparates, des personnalités à la culture hétérogène, des objectifs humains individuels aux apparences incompatibles finit par former une dynamique commune qui se concrétise en un avenir meilleur.

Dès 5 ans
Durée : 50’

Jeu : Sascha Bauer, Matthias Weiland, Nikita Zolotar
Musique : Wellington Barros
Scénographie : Céline Leuchter
Costumes : Djuna Reiner
Régie lumières et son : Clemens Hörlbacher
Accompagnement pédagogique : Jakob Bertram
Direction de production : Annika Serong
Assistanat à la mise en scène : Leila Putcuyps
Conseil dramaturgique : Felix Ensslin, Sascha Wolters
Mise en scène : Catharina Gadelha, Ania Michaelis
Direction artistique : Kurt Pothen
Photo : © Willi Filz

Remerciement particulier à :
Christel Hoffmann, Eve Lyn Scheiben, Daniela Scheuren & Hanna Westerboer

Production : AGORA
Coproduction : Comedia Theater Köln, Schlachthaus Theater Bern, Komma Theater Duisburg

"La poursuite de l’oie sauvage" d’après Hannah Arendt "Les sages animaux".

27-29.02. 2022 : Kom’Ma Theater de Duisburg [D]
19.02.2022 : Kom’Ma Theater de Duisburg [D]
28.05.2022 : Théâtre Jacques Brel de Talange [F]

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.