Accueil > La Nuit, un rêve féroce de Mike Kenny

Critiques / Jeune Public

La Nuit, un rêve féroce de Mike Kenny

par Dominique Darzacq

Clé des songes et autres escapades

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

On ne partage pas si facilement le lit et les rêves d’un enfant, il y faut des formes et un rituel. Aussi, ce n’est que débarrassés de tout ce qui les encombre, manteau, sac…et chaussés de chaussons protecteurs que les spectateurs sont conviés à prendre place autour d’un immense lit blanc à barreaux, de ceux-là que nos grands-mères appelaient « lits cage ». Au centre, une forme s’agite doucement, est-ce une enfant agitée par ses songes ? ou l’ébrouement d’un oiseau prêt à prendre son envol ? Pour le savoir il suffit de s’approcher à pas feutrés .
Après La Nuit électrique, l’auteur britannique Mike Kenny et Marc Lainé, plasticien metteur en scène, se retrouvent pour un nouveau et surprenant spectacle. Convaincus « que le théâtre a à voir avec les rêves », ils brisent les lignes de partage et les conventions, installent comédiens et spectateurs à l’intérieur d’un lit-zoo-embarcation, pour une plongée commune dans l’univers onirique d’une petite fille. Il est peuplé de scènes familières et familiales « as-tu lavé tes mains ? montre-les moi », de doudous perdus, d’angoissantes poupées sosies, d’animaux fabuleux et terrifiants, surgissant en scènes brèves comme autant de haïkus de théâtre où, de l’un à l’autre, dans une langue simple, limpide, palpitante de vie et vibrante d’émotion, se révèlent les désirs et les angoisses d’une gamine en quête de soi.
Enveloppées de la musique du Groupe Moriaty, les images de ce rêve en noir et blanc, féroce comme les tourments qui hantent les jeunes têtes, tendre comme la voix de mamie sous son parapluie, hantent la mémoire comme autant de sortilèges.

Escapades

Programmé au Théâtre du Rond-point, La Nuit, un rêve féroce est une des étapes d’Escapades, Festival jeune public, itinérant et pluridisciplinaire, attaché aux écritures contemporaines, qu’elles soient dramatiques, plastiques, musicales. Éclectique comme à son habitude, cette édition 2009 fait la part belle aux spectacles en direction des adolescents. Parmi ceux-ci, côté théâtre,Le Roi Lear 4/87. Avec pour seul décor un cercle de lumière, quatre acteurs s’emparent du poème dramatique de Shakespeare et pendant 87 minutes nous font partager la violence et la folie d’un monde « hors de ses gonds » (Théâtre de l’Aquarium).
Côté musique : Un spectacle musical de science fiction déguisé en concert et dont le titre à lui seul est une épopée This is the Hello Monster.1999 (ou pourquoi les méchants ont toujours l’accent russe ?) (L’Archipel)
Et puis pour les grands comme pour les petits, un moment délirant d’humour décalé avec Wouaf Art par le Sagglioccio Ensemble, qui, à travers une conférence sur la présence des chiens dans l’histoire de l’art, nous propose de redécouvrir, en les regardant d’un autre œil, ces grands maîtres que sont Picasso, Velázquez, Turner, Munch et bien d’autres encore (Musée du Louvre auditorium).

La Nuit, un rêve féroce de Mike Kenny, mise en scène Marc Lainé avec Raphaëlle Boitel, Odile Grosset-Grange, Mathieu Montanier 1h 10
Théâtre du Rond-Point à 19h jusqu’au 30 décembre. Tel 01 44 95 98 21
Puis en tournée : du 23 au 27 février Orléans (CDN), du1er au 5 mars MC Amiens, du 9 au 13 mars Comédie de Valence, 29 mars –2 avril Comédie de Reims.
Festival Escapades jusqu’au 30 décembre tel 01 43 48 01 61.

© Brigitte Enguérand

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.