Accueil > L’Invitation d’Hadrien Raccah

Critiques / Théâtre

L’Invitation d’Hadrien Raccah

par Gilles Costaz

Comment transformer ses mensonges en réalités

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un respectable mari rentre chez lui un peu tard. A trois heures du matin, pas facile de dire à sa femme qu’on a été retenu au bureau. Aussi invente-t-il autre chose : il a un ami qui va mal et a besoin de réconfort ; en bon camarade, il a passé une partie de la nuit à consoler ce malchanceux et il lui rend souvent visite. L’épouse, pas dupe, prend son mari au piège. Elle lui demande d’inviter rapidement à dîner ce camarade au moral si fragile. Comment transformer ses mensonges en réalités ? Le mari appelle quelqu’un qui figure parmi ses relations mais qu’l connaît mal, afin qu’il vienne jouer l’ami imaginaire. Evidemment les gaffes s’accumulent le soir où l’invitation a lieu. D’ailleurs, le copain n’est peut-être pas l’abruti parfait dont la présence innocente était censée arranger la situation.
Hadrien Raccah, qui avait fait ses débuts avec des textes d’une certaine ambition, se coule là dans le moule du boulevard le plus classique. Le canevas qu’il utilise est archi-usé mais il y intègre un effet de surprise, un coup de théâtre qui relance l’affaire en cours de soirée. Rien n’est vraiment nouveau dans cette comédie-là mais elle est montée avec adresse et bonhomie par Philippe Lellouche. Gad Elmaleh combine joliment un jeu réservé et mystérieux avec une gestuelle quasi dansée : c’est lui le mari infidèle sans doute destiné à devenir un trompeur trompé. Philippe Lellouche, en copain gaffeur, est d’une bonne pâte humaine et rafle une partie des rires. Lucie Jeanne, dont le nom pourrait être imprimé en plus gros caractères sur l’affiche, est la révélation de la soirée. Actrice de cinéma plus que de théâtre, elle affirme une présence charmeuse avec une belle élégance nuancée. Si le vaudeville ne se renouvelle pas ici, il n’en trouve pas moins la voie d’un rire de bon aloi.

L’Invitation d’Hadrien Raccah, mise en scène de Philippe Lellouche, avec Lucie Jeanne, Gad Elmaleh, Philippe Lellouche.

Théâtre de la Madeleine, tél. : 01 42 65 07 09, jusqu’au 15 juin. Reprise en octobre. (Durée : 1 h 20).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.