Accueil > Ithaque de Christiane Jatahy

Critiques / Théâtre

Ithaque de Christiane Jatahy

par Gilles Costaz

Ulysse en vision double

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Christiane Jatahy est une jeune personnalité controversée. Cette Brésilienne a été vite adoptée par le milieu théâtral français (elle est à présent artiste associée à l’Odéon, à l’invitation de Stéphane Braunschweig) mais sa mise en scène, à la Comédie-Française, de La Règle du jeu de Jean Renoir (où elle transposait le film, en remplaçant un héros de l’aviation par un navigateur recueillant des migrants) a été beaucoup discutée. C’est L’Odyssée qu’elle adapte, toujours dans la perspective de donner une métaphore du monde moderne, de son Brésil avant tout. En fait, elle donne un double spectacle dont on ne perçoit pas la dualité quand on entre dans l’Odéon-Berthier recomposé dans une disposition bi-frontale. Selon le hasard, le spectateur est placé d’un côté ou d’un autre, puis, après une vingtaine de minutes, convié à passer derrière le rideau et à s’installer sur les gradins d’en face. C’est peu à peu qu’il comprend que se jouent deux pièces : d’une part, Ithaque, où le personnage d’Ulysse se confronte aux prétendants lorsqu’il revient de son long voyage ; d’autre part, Vers Ithaque, où Ulysse goûte les plaisirs d’une intimité sensuelle avec la sirène Calypso et ne parvient pas à reprendre la mer. Dans les deux cas, les rôles sont doublés ou triplés, selon un principe de multiplication de personnages.
C’est franchement insupportable dans un premier temps. Jouant la déconcentration et la désinvolture, les acteurs proposent aux spectateurs des chips et des cacahouètes, sans que la pièce se décide à commencer vraiment. Ensuite, quand chaque public a changé de camp, la pièce est vraiment jouée. Les scènes qui ont lieu d’un côté engendrent des bruits qui parviennent de l’autre côté. Cette confusion volontaire s’intègre à un style où le dédoublement et les images vidéo rendent la perception étrange et trouble. En fin de spectacle, un rideau se lèvera et les deux scènes se réuniront, envahies par les eaux. La beauté sera enfin au rendez-vous, tardivement. Les comédiennes brésiliennes semblent dirigées avec plus d’intensité que les acteurs français : ce sont les présences les plus fortes d’une soirée ambitieuse dont le deuxième degré provocant est trop enfantin.

#Ithaque, Notre Odyssée 1, dramaturgie, scénographie et réalisation de Christiane Jatahy, collaboration artistique, lumière, scénographie de Thomas Walgrave, collaboration à la création de la scénographie de Marcelo Lipiani, collaboration artistique d’Henrique Mariano, création son d’Alex Fostier, direction de la photographie, cadrage de Paulo Caraco, costumes de Siegrid Petit-Imbert de Géraldine Ingremeau, système vidéo de Julio Parente, assistanat à la mise en scène et traduction de Marcus Borja, avec Karim Bel Kacem, Julia Bernat, Cédric Eeckhout, Stella Rabello, Matthieu Sampeur et Isabel Teixeira. (Spectacle en français et portugais).

Odéon –Ateliers Berthier, 20 h, tél. : 01 44 85 40 40, jusqu’au 21 avril. (Durée : 2 h).

Photo Elizabeth Carecchio.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.