Accueil > Garden party par la compagnie n°8

Critiques / Théâtre

Garden party par la compagnie n°8

par Gilles Costaz

Slapstick trash

Partager l'article :

N’invitez jamais la compagnie n°8 chez vous ! Ces baladins trash sèmeraient la catastrophe. Mais, au théâtre, avec un peu à distance (ils balancent sur le public quelques fausses saletés inoffensives), ils sont des compagnons d’une drôlerie empoisonnée mais irrésistible. Quatre femmes, quatre hommes, plus un comparse qui intervient épisodiquement, pour partager une garden party. Les premières sont en robe de soirée chatoyante, les seconds en smoking. C’est d’abord ronds de jambe et gentillesses de classe. Vite, ça se dégrade. On se dispute, on se concurrence, entre femmes, entre hommes, entre hommes et femmes. On boit, on mange, on reflue, on tâche vêtements, meubles, sols. Les mines souriantes se transforment en tronches monstrueuses. La bonne éducation revient, pour être aussitôt massacrée à coups de frappes et d’incidents pervers. Des grues de cinéma et des souffleries interviennent pour soulever quelques personnages dans les airs. Le conflit est au bord du meurtre, qu’on joue avec un sac à main ou avec un sex-toy. La dernière scène peut couper l’appétit, mais l’on aura toujours été surpris et épaté.
Ces acteurs, qui s’agitent dans les positions les plus chaotiques, savent tout faire. Ils ont de la classe dans la laideur, et même dans la beauté. D’ailleurs, ils viennent tous du cirque, du music-hall, de la danse et du théâtre gestuel. Charlotte Saliou mérite une mention spéciale : elle chante La Walkyrie suspendue et ballotée au bout d’un filin. Le metteur en scène Alexandre Pavlata imprime une étrangeté et un rythme infernaux. Avec lui et la compagnie n°8, le slapstick des grands maîtres d’antan (Chaplin, Keaton) s’acoquine avec le mauvais goût que nos sociétés policées ont cessé de cacher et dont elles avouent la glauque réalité. Goûts et dégoûts composent là un formidable cocktail.

Garden Party par la compagnie n°8, mise en scène d’Alexandre Pavlata, avec Stefania Brannetti, Suzan Redmond, Hélène Risterucci, Charlotte Saliou, Benjamin Bernard, Gregory Corre, Matthieu Lemeunier, Fabrice Peineau, Frédéric Ruiz.

Théâtre Antoine, 19 h, tél. : 01 42 08 77 71. (Durée : 1 h 05).

Photo Gilles Ramant.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.