Accueil > Faust de Goethe

Critiques / Théâtre

Faust de Goethe

par Gilles Costaz

Viens voir les magiciens !

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Viens voir les magiciens ! Mais dans quoi ? Dans le Faust de Goethe, et dans la seconde salle de la Comédie-Française, le Vieux-Colombier ! C’est la surprise du moment et, en matière de magie, l’on n’est pas déçu : Christian Hecq, qui joue Méphistophélès, reste assis sur le vide ou décolle du sol pour se heurter à des forces invisibles. Des spectres apparaissent, des images, se superposent. Toutes les interventions magiques sont surprenantes, à l’intérieur d’une mise en scène qui ne jouent pas la surenchère de l’effet mais pratiquent la modestie du lieu – les décors sont de petites salles ou une maisonnette – et privilégient l’obscurité, propice aux tours de passe-passe et aux changements d’échelle.
Ces manipulateurs passés à la mise en scène sont Valentine Losseau et Raphaël Navarro, dont on avait pu voir le talent redoutable dans des spectacles de « magie nouvelle » au Rond-Point. La fable à rebondissements de Goethe leur convient, avec toute cette sorcellerie qui s’agite entre le ciel et l’enfer, entre le jeune âge et la vieillesse. En même temps, le texte est grave et, même dans la belle traduction de Gérard de Nerval, semble ne pas vouloir prendre la vitesse qu’exige un spectacle rythmé par ses effets. Pour tout dire, on s’intéresse plus aux transmutations magiques qu’à l’alchimie du texte. Véronique Vella, Anna Cervinka, Eliot Jenicot, Laurent Natrella, Benamin Lverne et Christian Hecq sont excellents alors même qu’ils ont la charge de marionnettes et la gestion de leur propre corps dans ce terrain miné. Mais la soirée, très plaisante, paraît souffrir d’un conflit entre la pesanteur et l’a-pesanteur.

Faust de Goethe, traduction Gérard de Nerval
adaptation, magie, mise en scène
Valentine Losseau et Raphaël Navarro
scénographie Éric Ruf et Vincent Wüthrich
costumes Siegrid Petit-Imbert
lumières Elsa Revol
vidéo Claudio Cavallari et Franck Lacourt
son Dominique Bataille
marionnettes Johanna Ehlert (diablotins) et Samuel Lepetit ombres Philippe Beau
assistanat à la mise en scène Émilie Rault
assistanat à la scénographie Zoé Pautet, scénographe de l’académie de la Comédie-Française avec Véronique Vella, Laurent Natrella,
Christian Hecq, Elliot Jenicot, Benjamin Lavernhe, Anna Cervinka, Yoann Gasiorowski
et Marco Bataille-Testu, Thierry Desvignes

Vieux-Colombier, tél. : 0144 58 15 15, jusqu’au 6 mai. (Durée : 2 h 30).

Photo Vincent Pontet.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.