Accueil > Des amis fidèles d’Eric Rouquette

Critiques / Théâtre

Des amis fidèles d’Eric Rouquette

par Gilles Costaz

La comédie de nos mesquineries

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

La scène se passe à l’hôpital. Pas drôle ? Fort amusant au contraire, quand on est pris dans la délicate ironie d’Eric Rouquette (Signé Dumas, Livret de famille). Un homme a été transporté dans un centre hopitalier. Alerte cardiaque. Ce quinquagénaire avait voulu jouer au foot, ce qui est imprudent quand on n’est plus un jeune homme. Sa bande d’amis vient lui rendre visite. Ils ont mille mots rassurants à la bouche, et parfois des fleurs à la main. Ils se croient des maîtres de la compassion, mais ils prennent pour de la générosité leur sollicitude petite-bourgeoise où le venin l’emporte, sournoisement, sur la gentillesse affichée. Ils veulent le bien d’autrui, à condition qu’autrui se comporte comme ils le voudraient. Allant et venant à deux, à trois, en groupe dans la chambre, ils se tirent dans les pattes avec le sentiment de la plus parfaite innocence. Histoires de couple, d’argent, de jalousie. Mille reproches enfouis surgissent, qui, la plupart du temps, ne sont jamais très graves, autour d’ une observation perçue comme offensante alors qu’elle ne l’est pas, du penchant réel ou présumé de l’un d’eux pour la bouteille, du mépris des gens vieillissants pour les goûts de la jeunesse… Calme, résigné, le malade, qui va guérir, compte les points sans rien dire. Il se remettra, mais le groupe d’amis restera-t-il en bonne santé après tant de conflits au-dessous du niveau moyen de l’amitié ?
Ce championnat de la mesquinerie, Eric Rouquette l’a construit comme une pelote d’épingles dont chaque pointe fait mouche dans la vérité, et non dans l’effet. C’est un travail de marqueterie du dialogue d’une merveilleuse agilité et d’une redoutable précision. On pense à Labiche et à Réza. La mise en scène de l’auteur est de la même finesse et sait changer d’angle pour enlever toute morbidité à ce contexte d’hôpital. Il faudrait détailler le jeu de chaque acteur, si exact et si différent dans sa représentation du Français moyen : Robin Azéma, Guillaume Destrem, Manuel Durand, Rafaële Moussafir, Gwénaël Ravaux, Eric Verdin. Ils sont à eu six toute une comédie humaine. D’ailleurs, pour la comédie, qu’y a-t-il de mieux qu’Eric Rouquette dans les créations de cet été ? Son bonheur de pièce nous dit, entre autres, que notre malheur vient de ce que nous voulons faire le bonheur des autres.

Des amis fidèles d’Eric Rouquette, mise en scène de l’auteur, décor d’Olivier Herbert, lumière et son de Pierre Gayant, costumes d’Amélie Robert, musique de Simon Claude, avec Robin Azéma, Guillaume Destrem, Manuel Durand, Rafaële Moussafir, Gwénaël Ravaux, Eric Verdin.

Avignon off, la Luna, 19 h 25, tél. : 04 (Durée : 1 h 25).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.