Accueil > Bach au coeur de Grimaud, Dessay, Fray et Stern

Critiques / Livres, CD, DVD

Bach au coeur de Grimaud, Dessay, Fray et Stern

par Olivier Olgan

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce qui frappe quand il s’agit de Bach, que se soit de stars confirmées (Hélène Grimaud ou Nathalie Dessay) ou en devenir (David Fray ou Edna Stern), c’est l’immense humilité qui les envahit quand elles l’évoquent. Et comment elles aiment le sortir du cliché du bon bourgeois entouré de marmaille pour, parfois, en insuffler d’autres, sans pudeur.

Il ne fallait pas s’étonner que ce soit Hélène Grimaud qui pour son premier disque aille la plus loin dans le verbe comme dans le geste. « Bach nous donne à entendre quelque chose qui s’apparente à la révélation de la vie. n’hésite-t-elle pas à déclarer avec son sens de la mesure légendaire. L’unique tradition, la seule démarche qui compte est donc celle de la probité intellectuelle et émotionnelle. Le reste n’est qu’anecdotique, car tout marche avec Bach. » Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle tient sa promesse d’expérimentations sonores ! Le mélomane est invité à attacher sa ceinture pour un voyage haut en couleurs et en rythmes insolents et un mélange des genres ; concerto n°1 y cotoit quelques préludes & fugues. Le résultat est un cocktail épicé d’émotions et d’éclats de la pianiste dans un cd pourtant sobrement appelé ‘Bach’ ( 1 cd DG Universal – 15euros ), même s’il n’y a rien de pudique !
Même enthousiasme réflechissant dans les 4 des concerti pour clavier proposé par le jeune pianiste David Fray qui de plus les dirige lui-même plutôt à la cravache ! C’est incontestablement virtuose, tonique, brossé à l’élixir de jouvence et brillant comme un miroir sans tâche. (1 cd Emi 17 euros)

Le vrai culot n’est pas toujours là où l’on croit.

A l’opposé, la profondeur méditative d’Edna Stern, déjà remarquée par son premier cd ‘Chaconne’, aussi chez ZZT) vous fascinera. Grimaud s’offre à visage découvert. Stern choisit uniquement de nous glisser plus proche de Bach. L’ascèse se nourrit d’une délicatesse infinie. Son travail unique du son impose une magnifique pudeur qui pourtant rayonne d’une pertinente humanité. Le métissage des pièces (uniquement des ‘Prèludes & Fugues’ entrecoupés de trois transcriptions de Busoni) constitue autant d’accroches de lumières et de sens pour un parcours sonore profondément incarné. (1 cd ZZT 20 euros)

Cette volonté farouche de défendre un compositeur estimé par beaucoup d’essence vocale et orchestrale, se retrouve dans les ‘Cantates’ parmi les plus célèbres du cantor chantées par la soprano Nathalie Dessay sous la direction d’Emmanuelle Haïm, grande spécialiste de la musique baroque sur instruments anciens. Très attendue, la proposition émerveillera les amateurs de pureté vocale et de lignes orchestrales magistralement nourries. Tout est conçu pour restituer l’essence même de cette musique. Avec une exigence chevillée au corps pour que chaque note ait une vie propre. La soliste comme l’ensemble, chaque musicien sait exactement quelle fonction a chaque note. Pour cela elle ne connait pas seulement sa partie, mais tout le morceau, pour chanter cette note en fonction de l’ensemble. Cantates. 1 cd Virgin Classics 20 euros.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.